Actualités

Processus électoral en Guinée : « l’atelier de capitalisation de la CENI à Kindia était un échec », estime Dr Faya Millimouno

faya_millimounoSuite à l’élection présidentielle de 2015, diversement interprétée par les acteurs politiques selon qu’ils viennent du camp de la mouvance ou de l’opposition, l’institution organisatrice de cette échéance reine, a enfin de compte, décidé de tirer les leçons de son travail.

Ainsi la CENI a, la semaine surpassée, mobilisé tous les acteurs ayant pris part à l’élection présidentielle, pour capitaliser les acquis de cette autre expérience électorale, et mettre également à nue, les imperfections dans le but de parfaire davantage les prochaines échéances.

Ainsi, Dr Faya Millimouno, président du Bloc Libéral s’est confié à notre reporter en marge d’une émission qu’ils ont eue sur la question.

 »La Ceni n’avait aucune volonté de bien faire ce travail de capitalisation de manière la plus professionnelle. On doit la changer »

Selon le Président du parti Bloc Libéral, le travail préliminaire pour la ceni, qui consistait à déployer des missions à l’intérieur du pays pour recueillir les données et témoignages avec les représentants des partis politiques, et même des démembrements de la ceni elle – même, a été mal fait;

Ils sont subitement partis à l’intérieur du pays sans avertir personne, et une fois sur terrain, ils se sont mis à réunir les personnes sans que ceux-là ne sachent pour quel travail on les a réunis. Première mauvaise volonté.

Notre parti même n’a reçu sa lettre d’invitation pour Kindia que dans l’après-midi de la veille du jour J de l’atelier. Ce qui ne nous a pas empêché de dépêcher notre représentant le soir même à Kindia.

Autre chose, c’est qu’après tout le débat qu’il y’a eu lieu autour du processus à la présence de tous les acteurs invités à cet atelier, la ceni n’a pas voulu rendre public le rapport des travaux sur place. Sous prétexte qu’elle doit enlever quelques coquilles avant d’adresser le rapport final aux partis politiques et les partenaires techniques et financiers. C’est là une velléité de censurer le rapport. Une autre mauvaise volonté.

Alors qu’on devrait se fonder sur les leçons à tirer de cette rencontre pour parfaire le processus à venir, je déduis que ça ne marchera pas car La Ceni n’avait aucune volonté de bien faire ce travail de capitalisation de la manière la plus professionnelle. On doit la changer.

Mamadou Oury DIALLO <mamadououry824@gmail.com>

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top