Actualités

Plume à Aboubacar Diallo du 08 Février 2016

plumeLa vie politique guinéenne, à jamais orphelin de l’un de ses derniers mohicans, qui, conformément à ses dernières volontés, repose désormais sur les terres de ses ancêtres à Bossou. Dieu sachant bien faire les choses, ses obsèques, chargées d’émotion, ont été l’occasion de réunir en une salle, tout ce que notre pays, compte de politiques. Un moment comme il en est rare, de retrouvailles forcées, pour des adversaires, venus s’abreuver au grand fleuve de la sagesse.

 

 

Une image comme il en est rare, Alpha Condé-Cellou Dalein Diallo, réunis par la force du destin, le premier assis, écoutant religieusement le second, rendre hommage à un parcours, à un amour comme jamais de sa patrie, à une intelligence politique, à un humanisme politique ; une image comme il en est rare, tout le bataclan du microcosme politique guinéen, dressé comme un seul homme derrière Alpha Condé, débout devant la dépouille de Jean Marie Soumaoro Doré, couché à jamais ; Oui, celui qui était couché et qui ne se relèvera plus pour continuer à boxer dans le même ring qu’eux, comme il l’a toujours fait et su le faire, sans effusion de sang, celui qui était couché et enveloppé dans le linceul et le tricolore national, Jean Marie Soumaoro Doré, était celui-là même, qui, il y a quatre mois, comme par prémonition, livrait son dernier combat, aux côtés d’Alpha Condé, qu’il avait choisi de soutenir, pour tout ce qui les lia, pour tout le parcours qui a été le leur, eux deux et leurs défunts compagnons de route, Siradjou Diallo et Bah Mamadou, faisant ainsi le deuil de ses ambitions personnelles, faisant le pari de la nation. Oui, j’ai tenu à relever, au-delà de tout, des voix plus sages, ont fini de magnifier le parcours et l’œuvre incommensurable de sagesse et d’intelligence politique de l’homme, j’ai tenu à relever cette capacité de reniement de soi qu’avait cet grand homme pour l’autre, cette capacité de renonciation à ses ambitions personnelles et parfois égoïstes, cette capacité de contenir ses propres ardeurs et pulsions, pour voir la nation en face. Combien en ont-ils été capables? Combien le seront-ils à l’avenir? Pendant cinq ans, ils nous ont servi le même clivage mouvance-opposition, pendant cinq ans, ils se sont défiés, ils se sont étripés, pendant cinq ans, ils ont mis notre pays à feu et à sang, pendant cinq ans, ils se sont nourris du sang humain, du sang du guinéen, leurs consciences en sont pavés. Pendant cinq ans, ils nous ont servi une pratique bestiale de la politique. Pendant ce temps, celui qui s’en est allé à jamais, lui, ayant de tout son vivant, préféré le combat d’idées à celui des biceps, à celui des armes. Une autre image comme il en est rare, celle de deux frères ennemis, réunis par la force du destin, au lendemain d’un vendredi noir pour leur case commune, qui se consume, qui brûle. J’ai vu Cellou et Bah Oury, comme consumé par le remords, assis en face de la dépouille mortelle de feu JMD. A cet instant précis, se sont-ils interrogés un tantinet, de l’intérieur de leur âme, sur le sens de la bataille rangée à issue destructrice pour eux, pour leur case commune, dans laquelle, ils se sont aveuglement engagés ? Se préoccupent-ils, un seul instant, de l’image que le spectacle désolant et honteux de leur querelle de clocher, renvoie au reste de la Guinée, à l’Afrique et au monde entier ? Comment désormais gommer l’image vilaine d’un parti violent ? Comment désormais porter sur sa conscience l’assassinat d’un journaliste ? Comment désormais échapper au châtiment de la justice ? Voici enfin avérés, étalés au grand jour, sur la place publique, des soupçons qui ont longtemps pesés sur des militants de leur parti. Oui, sans rémission, il n’y a aucune échappatoire, puisque celles auxquelles ils ont toujours rejeté la faute, les forces de l’ordre, n’y étaient point. C’est donc sans ambiguïté, de l’intérieur de la foule de militants de l’UFDG, l’esprit chauffé à blanc, comme à l’accoutumée, qu’est partie la balle assassine, qui a foudroyé El Hadj Mohamed Koula Diallo, brutalement arraché à sa famille, à sa femme, à son unique fillette, à la presse guinéenne, à son pays. Oui, Ibrahima Sory Traoré, son employeur, a raison d’être inconsolable. Il a eu cette phrase samedi, assis l’âme dégoulinante de colère, à l’ombre du manguier, dans la concession mortuaire : « Celui qui a systématiquement couvert toutes les assemblées hebdomadaires de l’UFDG, c’est comme ça qu’ils l’ont récompensé ? En le zigouillant ? Repose en paix El Hadj, tu resteras à jamais sur leur conscience !

 

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. CAMARA

    10 février 2016 at 10 h 14 min

    À écouter certains analystes et journalistes politiques guinéens, l’UFDG est devenu un parti stalinien au sein duquel il y aurait une absence totale de débat contradictoire et y règnerait une dictature imposée par CDD et son directoire. Ceux qui tiennent cette affirmation comme je l’ai souvent entendu de la bouche du journaliste d’Espace Fm Guinee Mohamed Djibril pour ne pas le citer appuient leur thèse en s’appuyant sur le fonctionnement de certains partis politiques français (le FN et LR) pour indiquer que dans ces organisations l’expression d’une ligne ou d’un discours qui serait en contradiction avec la ligne du parti expose ses auteurs à une sanction voire à une exclusion! Quelle contre vérité!

    Citoyen Franco – Guinéen et m’intéressant à la politique Française et Guinéenne (je signale que j’ai fréquenté l’école politique de la révolution Guinéenne et vie en France depuis plus de 20 ans), j’ai vu sur You Tube une des émissions des grandes gueules et celle du club de l’ actu du 7 février où certains “analystes” ont affirmé tout haut que Alain Juppé, François Fillon, Bruno le Maire critiquent Sarkozy sans que cela ne leur vaille une exclusion ou tout au moins une sanction!

    Je rappelle tout simplement pour les auditeurs de ces deux émissions que Juppé, Fillon le Maire ne sont pas vices présidents du parti LR mais candidats aux primaires chargés de désigner le futur représentant de cette organisation à la prochaine présidentielle de 2017. Ils sont membres du conseil politique et à ce titre ne remettent jamais en cause sur la place publique les décisions prises par le parti.

    Nathalie Cossus Morizet a perdu son poste de vice présidente lorsqu’elle a contesté la décision du parti lors des régionales de 2015 qui était la ligne du « ni, ni » face aux candidats FN.

    L’expression de contradiction dans une association politique est une nécessité pour le dynamisme d’un parti encore faut il qu’elle soit faite dans les règles prescrites et acceptées par tous ces membres.
    Accusé l’UFDG de parti stalinien puisqu’un de ses membre fut il son fondateur, s’interdit de respecter les règles connues et acceptées de tous, c’est soit se servir à dessein de cette crise voulu et entretenu par M. Bah Oury pour discréditer voire détruire ce parti, soit c’est méconnaître le fonctionnement démocratique d’un parti.

    Dans les sociétés occidentales démocratiques, le congrès est souvent l’instance suprême de débat d’idée et de désignation par les militants de leurs responsables. Ceux ci désignés pour une durée définie ont la charge d’incarner la ligne du parti. Quiconque se met en marge des règles ainsi définies s’expose à des sanctions (cf.la sanction contre Jean Marie le Pen par la direction du FN dirigée par sa propre fille)

    Messieurs les “journalistes” politiques qui qualifient l’UFDG de parti stalinien, ressaisissez vous et faites des allégations justes et non approximatives. Cellou Dalein Diallo a été élu au dernier congrès de son parti au titre de président et Bah Oury 1er vice président. Si le second conteste la légitimité du premier et lui tient des propos irrévérencieux dans la presse au mépris de toutes les règles édictées par leur parti, au nom de quel principe démocratique doit on qualifier ce parti de stalinien au prétexte que celui a pris des sanctions conformément à son statut?

    Que la justice Guinéenne mette tout en œuvre pour retrouver l’auteur du coup de feu qui a ôté la vie à ce jeune journaliste et qu’il soit sanctionné à la hauteur de sa forfaiture.
    Dans cette affaire Bah Oury aurait pu et dû œuvrer autrement pour éviter ce terrible et malheureux événement.

    Que Dieu Sauve la Guinée et Protège les Guinéennes.

    Morkania Mamou.
    France.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top