Actualités

Le Premier ministre français au Mali et au Burkina Faso du 18 au 20 février

Manuel Valls a défendu lundi son bilan lors de son deuxième discours annuel aux forces de sécurité, après une semaine de polémique sur les Roms qui lui vaut un large soutien dans l'opinion et l'opposition d'une partie de la gauche. /Photo prise le 23 août 2013/REUTERS/Charles Platiau

Manuel Valls a défendu lundi son bilan lors de son deuxième discours annuel aux forces de sécurité, après une semaine de polémique sur les Roms qui lui vaut un large soutien dans l’opinion et l’opposition d’une partie de la gauche. /Photo prise le 23 août 2013/REUTERS/Charles Platiau

Le Premier ministre français Manuel Valls se rendra au Mali les 18 et 19 février puis au Burkina Faso le 20, pour rencontrer les présidents des deux pays récemment frappés par des attentats jihadistes et rendre visite aux troupes françaises, a annoncé mardi son cabinet.

Dans le contexte de ces récents attentats, le Premier ministre « viendra témoigner du soutien de la France au Burkina Faso et au Mali et de sa reconnaissance à tous ceux (…) qui ont participé à la gestion de la crise et s’investissent au quotidien pour porter assistance aux gouvernements et peuples de la région », selon son cabinet.

Le Premier ministre français rencontrera notamment à Bamako le président Ibrahim Boubacar Keïta.

Il se rendra également auprès des troupes françaises de l’opération Barkhane engagée contre les groupes armés islamistes dans le Sahel, ainsi que des militaires de la mission de formation de l’Union européenne au Mali et le représentant des Nations Unies auprès de la Minusma, la force onusienne venue renforcer l’armée malienne.

Au Burkina Faso, le Premier ministre rencontrera le nouveau président Roch Marc Christian Kaboré.

Plusieurs centaines de soldats français sont également stationnés au Burkina, qui abrite notamment le QG des forces spéciales engagées au Sahel.

Le 15 janvier, des jihadistes ont attaqué des hôtels, cafés et restaurants situés sur l’avenue la plus fréquentée de la capitale Ouagadougou, faisant 30 morts, majoritairement des Occidentaux, et 71 blessés.

Le 20 novembre 2015 au Mali, une attaque jihadiste avait fait 20 morts dont 14 étrangers à Bamako, où des hommes armés avaient retenu en otage pendant plusieurs heures environ 150 clients et employés.

AFP

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top