Actualités

Et si le problème de la Guinée était les guinéens eux-mêmes ? (Contribution)

amadou_koulaDepuis le 28 Septembre 1958, nous avons préféré la liberté dans la pauvreté qu’à l’opulence dans l’esclavage. C’est ainsi que nous avons choisi « Liberté » comme hymne nationale et « Travail-Justice-Solidarité » comme devise. Hélas si Aboubacar Demba Camara vivait il aurait certainement pu me composer une chanson pour ce petit rappel historique et en même temps magnifier notre belle Guinée.

La Guinée a été qualifiée de scandale géologique, nous avons de l’or, du diamant, de la bauxite, de l’uranium, du fer pour ne citer que ceux-là. A cela il faut ajouter que la Guinée est aussi un scandale agricole, notre pays est également le château d’eau de l’Afrique de l’ouest, basique me diront les enfants de l’école primaire de Koulé.

Cependant il y’a un paradoxe qui ne laisse aucune personne indifférente, pourquoi avec toutes ces richesses les guinéens restent pauvres ? Pourquoi les enfants de la Guinée continuent de se noyer dans l’Atlantique ? Pourquoi les guinéens courent vers des pays qui sont sans doute moins riche que le leurs ? Pourquoi les lueurs d’espoirs finissent toujours par s’éteindre dans ce pays ?

A toutes ces questions beaucoup qui sont comme moi répondront que c’est parce que la Guinée n’a pas eu un bon président, ou bien que c’est la faute d’un tel car comme on le dit c’est facile de rejeter la faute sur l’autre. Est-ce vraiment la bonne réponse ?

C’est pour tenter de répondre à cette question que j’ai décidé d’écrire cet article et de le partager avec vous. A mon humble avis les problèmes de la Guinée se résument en ces quelques points :

1-L’absence d’harmonie entre les fils et filles d’une même nation

La solidarité qui est une partie de notre devise n’existe plus que par le nom. La population guinéenne dans son écrasante majorité est croyante et pourtant toutes les religions révélées prônent l’amour de son prochain et cela quelques soit ses croyances, son ethnie ou son origine. Mais dans notre pays apparemment cette fraternité humaine est perdue. Aujourd’hui, combien de personnes au vue d’un décret essaie avant tout de dénombrer le nombre de personne issue de son ethnie avant de vérifier ce qui est le plus important c’est-à-dire le CV, la probité et l’intégrité de la personne nommée. Il est très facile de voir un guinéen se réjouir du malheur d’un autre frère guinéen, il suffit d’aller dans certains pays pour pouvoir vérifier la véracité de ces propos. On aurait plus à gagner dans l’harmonie.

2-Le manque de patriotisme de la plupart des guinéens pour ne pas dire tous

Comme le disait un célèbre politicien de notre pays je le cite « un guinéen peut préférer faire perdre à la Guinée cent mille dollars pour avoir dix mille dollars pour soi-même » rien de plus pour démontrer le manque de patriotisme de certain de nos concitoyens. Les symboles d’une nation doivent être respectés par tout bon citoyen et les intellectuels doivent être des donneurs d’exemple dans ce sens. Qui n’a pas entendu un agent dire « Est-ce que ce sont ces papiers que je vais manger ?». Que dirent des personnes qui gardent leurs marchandises justes pour les revendre plus chères pendant le mois de ramadan et ces gérants des stations-services qui bloquent les ventes pour ravitailler le marché noir. De ces médecins qui pour toucher un malade réclame des millions à des familles souvent démunis malgré un serment d’Hippocrate. De ces vendeurs d’huile qui le mélange à de l’eau certainement pour augmenter les bénéfices. De ces personnes qui, avec de la poudre fabrique des médicaments pour les revendre à leurs compatriotes. Combien de coupable circulent dans ce pays parce qu’ils ont de l’argent alors que des innocents croupissent en prison. Leur seul tort est d’être pauvre. On pourrait en citer dans tous les secteurs de notre pays.

3-L’absence d’une autorité coutumière ou religieuse respectée par tous les guinéens

Qui n’a pas apprécié le rôle joué par le Mora Naba lors de la crise au Burkina Fasso. Cette autorité coutumière a montré qu’elle est la mère de tous les enfants du Burkina sans distinction aucune. Allez au Sénégal voisin quand le guide religieux trace une ligne personne n’ose passer et cela parce qu’ils sont au-dessus de la mêlé comme le dirait l’autre. Ces guides jouent le rôle de régulateur sociaux dans ces pays. A la place de ces autorités en guinée nous avons les coordinations régionales des sages qui pour moi ont un rôle néfaste. Il contribue à diviser les guinéens. Quoi de plus grave que c’est seulement quand un enfant du Foutah a un problème que les sages du Foutah se lèvent, la même chose pour la Basse Côte, la haute Guinée ainsi que la forêt. Un sage de la guinée est un sage pour tous les enfants de ce pays sans distinction d’ethnie, ni de région. Personne ne doit se considérer moins fils d’un sage de la haute Guinée que d’un sage de la forêt.

4-Le Manque d’humanisme dans notre pays

Dans ce pays la vie humaine est reléguée au second plan. Toutes nos actions sont guidées par l’envie du gain et des avantages. La personne humaine est sacrée et à ce titre doit être respectée.

La vie d’un seul guinéen est plus importante que tout ce que nous avons. Pour étayer ce propos je vais prendre l’exemple de l’assassinat du journaliste EL Hadj Mamadou Koula Diallo (Que son âme repose en paix). Après sa mort tous les protagonistes se sont précipités pour défendre leur image et reléguant au second niveau la condamnation et l’expression de la volonté de collaborer pleinement pour élucider ce meurtre. Cela prouve à suffisance que nos politiciens se préoccupent plus de leur image que de la vie de leur concitoyen. Quant à l’Etat, nous avons vu beaucoup de personnes froidement assassinées dans ce pays mais les tueurs courent toujours. Qu’est ce qui explique ce réveille brutale de ceux qui sont chargés de rendre justice à tous les guinéens et cela sans une distinction aucune. C’est encore la politique qui a la priorité pas la vie du guinéen. Il faut regretter aussi les morts atroces que nous faisons subir à des compatriotes et cela quelques soient ce qu’ils ont faits. Bruler les humains, les tuer à coup de bâton n’est pas un bon sacrifice pour notre pays.

Face à ces problèmes il y’a des solutions qui s’imposent pour le salut de la nation guinéenne. Parmi ces solutions je vais citer quelques-unes qui à mon humble avis doivent être parmi les priorités.

1-L’examen de conscience pour un changement de mentalité

Dans cette situation personne n’est moins coupable que l’autre. Nous devons nous poser les bonnes questions à savoir suis-je un bon citoyen, est ce que je fais convenablement le travail pour lequel l’argent de tous les guinéens est utilisé pour me payer, est-ce-que ce que je fais n’est pas préjudiciable à tous mes compatriotes. A la suite de toutes ses questions on peut poser nos actes pour notre bien être à tous.

2-La culture de la fraternité et de l’amour entre les fils d’un même pays

On dit souvent que l’autorité est à l’image du peuple. Sans la fraternité entre nous, point d’espoir de lendemain meilleur pour la Guinée malgré nos abondantes ressources. Le seule fait d’utiliser notre devise suffit largement pour apporter le bien être dans notre pays. Pour vous rendre compte que ce n’est pas si difficile imaginez ce que vous ressentez lorsque l’hymne de la guinée retenti lors des matchs de notre équipe nationale. C’est la nation qui fait notre fierté. Quand la maladie à virus Ebola a éclaté tous ceux qui ont voyagé ont compris que c’est la Guinée qui nous identifie et non notre ethnie car beaucoup de guinéens ont vécu des scènes irréalistes dans beaucoup d’aéroports.

3-Redéfinir le rôle de nos sages et impliquer nos légendes pour ressouder le tissu social

Il n’est pas encore trop tard pour revoir le rôle joué par nos sages. Le rôle d’arbitre qui se trouve à équidistance de tous les enfants du pays serait le meilleur. Les sages, les guides religieux de tout bord doivent être des régulateurs sociaux qui auront le courage de dire la vérité à tout le monde.

Nos légendes doivent être des acteurs de premier plan pour rétablir les liens d’amitié et de fraternité qui ont toujours liés les communautés dans notre pays. Ces personnalités sont des propriétés de toute la Guinée pas seulement de leur famille. Les intellectuels, les célébrités guinéennes comme Mory Kanté, Sekouba Bambino, Lama Sidibé, Séni Malomou, Fodé Baro, Thierno Monénembo, Titi Camara, Pascal Feindouno, Kaba Diawara, Abdoul Salam Sow, Kerfalla Kanté, Ibrahima Traoré et tant d’autre doivent se mettre à la tâche pour réconcilier les Guinéens.

4-Un Etat juste et équitable dont les décisions seront peu discutables

L’Etat de droit doit être la base de toute réconciliation. Dans toute décision tous les guinéens doivent voir en elle une décision juste et nécessaire. Tant que l’Etat balancera d’un côté le désordre règnera dans ce pays. L’injustice est la cause de la plupart de nos problèmes. La justice de notre devise doit être de mise.

Pour conclure je dirais que la prise de conscience est plus que nécessaire pour que nous puissions enfin bénéficier des bienfaits de la nature. Comme on peut le penser ce n’est ni l’or, ni la bauxite, ni le diamant notre richesse la plus précieuse mais plutôt notre tissu sociale. Tant que nous continuerons avec cette mentalité la Guinée continuera à rester un pays difficile à vivre et cela même si c’est Lula du Brésil ou Obama des Etats-Unis qui en est le président. Il est temps pour nous de taire nos divergences pour avancer vers une Guinée meilleure. Aux politiciens il est temps qu’ils arrêtent d’instrumentaliser la population à des fins purement politique. Nous ne voulons pas des débats ethniques mais plutôt de débat d’idée, de projets. Nous voulons qu’on parle de ce qui est important c’est-à-dire l’éducation, la santé, les conditions de vie de nos compatriotes.

A vous chers compatriotes il est temps pour nous de nous pardonner et de nous accepter. C’est dans l’union que nous pourrons bénéficier de nos abondantes ressources. Mettons une croix sur le passé et avançons avant qu’il ne soit trop tard.

VIVEMENT UNE JEUNESSE GUINEENNE RESPONSABLE ET AMBITIEUSE

Je suis Guinéen tout simplement.

Mamadou Adama DIALLO

Ingénieur informaticien

Tel : 00221 77 242 03 85

Email : adamakoula@yahoo.fr

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top