A LA UNE

Forécariah : la crainte d’une résurgence d’Ebola

IMG_20160212_120631

rencontre de sensibilisation à la commune urbaine de Forécariah

Quelques semaines seulement après la déclaration officielle de la fin de l’épidémie d’Ebola en Guinée, l’observation des mesures d’hygiène éditées par les spécialistes et conseillées à la population afin d’évier  la propagation du virus Ebola, sont de moins en moins appliquées tant à Conakry qu’à l’intérieur pays.

La préfecture de Forecariah se situe à la frontière entre la Guinée et la Sierra Leone, un autre pays qui avait également connu cette épidémie d’Ebola. Dans cette circonscription relevant de la basse Guinée, où le niveau de propagation du virus avait été en partie justifiée par une réticence sans précédent de la population, prier pour les morts et rappeler aux différentes communautés la nécessité de ne pas baisser la garde figurent parmi les préoccupations des cadres ressortissants.

IMG_20160212_121130

Des élèves de retour de l’école

A l’occasion d’une rencontre qu’elle a eue avec des sages et des autorités locales  de la commune urbaine de Forécariah hier vendredi 12 février 2016, Madame Yansané Fatou BALDE, présidente  la coalition des femmes leaders de Guinée (COFEL), a appelé les uns et les autres à ne pas se laisser distraire par l’euphorie de la déclaration de fin d’Ebola. Pour elle, il et toujours possible, en tout cas avant fin mars 2016, qu’Ebola resurgisse en Guinée. Puisque l’OMS, en déclarant la fin d’Ebola en décembre 2015, avait aussi appelé à renforcer l’observation des mesures d’hygiène durant une période de quatre vingt dix (90) jours.

En plus de la quiétude retrouvée dans les neufs sous-préfectures, au niveau de la commune urbaine, les activités ont repris leur cours normal. Les élèves se rendent à l’école. Les cérémonies sociales et religieuses
aussi se tiennent avec notamment les salutations à la main . Les Kits sanitaires autrefois installés ça et là, n’existent que par endroit, notamment à la devanture de la mairie.

IMG_20160212_142110

Des bénédictions en faveur des victimes et pour qu’Ebola ne resurgisse plus

Après la prière de vendredi, nous avons assisté à une cérémonie de lecture du saint coran et de bénédiction en faveur des victimes d’Ebola.

A Forécariah, ces victimes sont considérées comme de vrais Djihadistes. Certains officiels d’ailleurs vous rappelleront que nul ne sait où a été enterréEl Hadj Oumar Tall, grand Djihadiste qui a fondé la ville sainte de Dinguiraye. Ce, pour parvenir à consoler les citoyens qui ont eu du mal à accepter que leurs parents décédés d’Ebola n’aient pas bénéficié chacun d’une toilette funèbre et d’un enterrement comme à l’accoutumée.

Thierno Amadou CAMARA

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top