Actualités

Kabinè Danwo dit « Sèrèwa Kabinè » n’est plus, la confrérie des chasseurs en deuil

serèwaIl était connu hors de nos frontières, au Mali, et en Côte-d’Ivoire. Kabinè Danwo a tiré sa révérence dans ce bas monde hier nuit, dans son village natal Madila, dans la sous-préfecture de Doko.

Le sèrèwa ou donson n’gonifola en langue Maninka ou banbara  est un harpe du chasseur  qu’on retrouve parmi les peuples de langue mandingue, très valorisé aussi dans le Wassoulon, l’instrument est un parent du kora par sa forme  mais traditionnellement est utilisé dans les cérémonies au cours desquelles le sèrèwa(« joueur de harpe ») joue et chante des chansons destinées à renforcer le courage des chasseurs et contribuer à leur succès, ainsi que dans la brousse.

Puis, à leur retour de la chasse, le sèrèwa joue et chante des chansons à la gloire des chasseurs pour leurs succès et pour neutraliser le nyama (force de vie dangereuse) qui est libérée lorsque l’animal est tué.

Le sèrèwa joue également un rôle important dans les rites funéraires du donso «chasseur», jouant et chantant des chansons destinées à contrôler le nyama qui est libéré du corps du défunt chasseur.

Il s’en va et laisse son confrère Issifou Keita qui sera désormais seul sur la scène des chasseurs. Les deux ont remporté le prix de la première place en 1998 à Ouagadougou au Burkina où ils ont pris part au festival international de « Ngoni ».

L’enterrement aura lieu ce jeudi dans son village natal, sur demande des chasseurs, et ses propres confrères du Mali, qui ont voulu honorer de leurs présences pour rendre un dernier hommage à l’homme.

Nos valeurs ancestrales sur la voie de disparaitre du jour en jour.

Moussa Tatakourou Diawara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top