A LA UNE

Réport des élections locales : la CENI en concertation avec des dizaines de journalistes

IMG_20160227_105138Un atelier d’échange entre la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et une cinquantaine de journalistes s’est ouvert ce matin, samedi 27 février 2016, dans un réceptif hôtelier de la place. L’institution veut mettre ces deux jours à profit pour expliquer aux hommes de médias les démarches en cours dans le cadre des élections locales à venir.

Cette rencontre, la CENI en a besoin ! D’abord par nécessité de transparence dans ce qu’elle fait. Mais aussi et surtout pour réagir aux multiples critiques qui la viennent de partout, notamment des partis politiques de l’opposition. Cette opposition d’ailleurs, déçue de la surprenante annonce du report de la tenue des élections locales qui devait s’organiser au cours de ce premier semestre de l’an 2016, n’écarte plus une éventuelle série de manifestations pour exiger le départ de Bakary Fofana, le président de l’Institution électorale, mais aussi de tous les autres commissaires pour un renouveau au sein de la CENI.

Au cours de cet atelier, Barakary Fofana, président de l’institution, et certains commissaires dont Ibrahim Kalil Keita, et Yéro Condé, tenteront donc de défendre l’image très en mal de la CENI et certainement lever le voile sur plusieurs zones d’ombre de la gestion du processus électoral en cours.  Ceci dépendra surtout de la pertinence et les formulations des questions des journalistes présents à cette cérémonie. Talybé Barry, directeur général du groupe de presse City FM-La République, Moussa Iboun Conté, président de l’AGEPI, Cheik N’Doye Sadigou, répresentant l’URTELGUI, Lamine Mognouma Cissé, DGA de la radio Djigui FM font partie de la pléiade de grands journalistes qui prennent part à cette rencontre.

A rappeler qu’une certaine unanimité s’est déjà dégagée autour de l’incapacité de cette CENI a tenir, de façon transparente et efficace, des élections nationales. Des comptes rendus de missions d’observation indépendantes en 2013 et en 2015, ajoutées aux différents bémols de l’opposition, mais aussi et surtout les critiques surprenantes du parti au pouvoir lors des dernières élections présidentielles, en disent long.

A suivre !

Thierno Amadou CAMARA

Commentaires

commentaires

To Top