Actualités

Paul Kagamé en Guinée: Retour sur les péripities d’une arrivée qui fait jaser

kagame_e_alpha_1Il était 17 heures 40 minutes hier, mardi 08 mars 2016, lorsque l’avion transportant Paul Kagamé a atterri sur le tarmac de l’aéroport international Conakry-Gbessia. Le président Rwandais a été accueilli par son homologue guinéen,  Alpha Condé. Vingt (20) coups de Cannon ont retenti à l’honneur du président Rwandais, juste après sa descente d’aviation. Dans l’enceinte et aux alentours de l’aéroport, un important dispositif de sécurité a été mis en place pour parer à toute éventualité fâcheuse.

En l’espace d’une semaine, la Guinée a reçu deux chefs d’Etat : Recep Tayip Erdogan de la Turquie la semaine dernière, et hier, Paul Kagamé du Rwanda. Pour ce dernier, les autorités guinéennes ont déployé d’importants moyens pour l’accueil d’un hôte à qui le professeur Alpha Condé accorde une grande attention. Une partie de l’autoroute Fidel Castro, et la transversale Aéroport-Bambéto ont été momentanément fermées aux usagés. Pendant toute la moitié de la journée. De Matoto à Gbéssia, en passant par Yimbaya, des centaines de personnes ont été coincées dans leurs véhicules, faute de passage. D’autres ont tout simplement marché des kilomètres pour rejoindre leurs domiciles où leurs lieux de travail.

A Conakry, beaucoup se posent des questions sur l’intérêt d’une telle faste pour un président  dont le simple fait de prononcer le nom donne lieu à des débats. L’homme fort du Rwanda a en tout cas « ratissé » plus large que Recep Tayip Erdogan, qui semble pourtant plus « prolifique » que lui.

Mais si le pouvoir de Conakry a  pu mobiliser des milliers de personnes sous ce soleil de mars pour la réception d’un chef d’Etat africain, des intérêts doivent certainement être en jeu.

Paul Kagamé devrait quitter Conakry dès ce mercredi, après avoir signé plusieurs accords avec les autorités guinéennes. La suppression de Visas diplomatiques et de services est l’un des projets d’accords entre les deux pays.

Récemment, Paul Kagamé a modifié la Constitution de son pays pour pouvoir se maintenir davantage au pouvoir. Une ambition démesurée du pouvoir qui hante déjà certains courtisants du chef de l’Etat guinéen, et aussitôt dénoncée par plusieurs observateurs.

Bangaly Kourouma

Commentaires

commentaires

To Top