Actualités

Environnement : D’importantes quantités de produits « toxiques » déversées à Maneah

IMG_20160310_100725

Une fausse où est déversé du produit « toxique »

Des jeunes de la sous-préfecture de Maneah, situé dans la préfecture de Coyah, sont en colère contre leurs autorités administratives. Ils accusent ces dernières de cautionner le déversement de produits qui,  selon eux, sont toxiques, à des endroits non loin de leurs habitations et d’un important point d’eaux.

Pour en savoir plus, ce jeudi 10 mars 2016, nous nous sommes rendus sur les lieux où nous avons non seulement constaté les faits, mais aussi rencontré les administrateurs locaux de la localité. Abdaoulaye Coyah, Facinet Sylla allias Forè Mengué, respectivement chef secteur et président du district de Fofokouré où le produit a été déversé, se sont tous abstenus de faire le moindre commentaire sur l’affaire, invoquant d’autres préoccupations qu’ils jugent plus importantes que de se prêter à nos questions. Néanmoins, personne  des deux n’a apporté le moindre démenti.

IMG_20160310_110124

Bloc administratif de Maneah

Au chef-lieu de la sous-préfecture, où nous nous sommes rendus également, nous n’avons pas pu rencontrer le sous-préfet, qui était en déplacement. Contacté par téléphone, il a reconnu que des quantités de produits toxiques ont été déversées aux endroits indiqués. « Mais c’est sur un ordre officiel », nous-a-t-il dit, sans faire plus de commentaire.

Selon le secrétaire du responsable du secteur, ceux qui sont venus déverser ce produit, et qui ne semblent pas avoir fini de le faire, ont trompé son chef. « Il ont dit au chef secteur que c’était de la peinture qu’il venaient déverser. C’est après que nous nous sommes rendus compte que c’est un produit toxique. S’il l’avait su auparavant, il ne l’aurait pas accepté », a-t-il  déclaré dans une discussion qu’il a eu en langue locale (soussou) avec notre guide. Toutefois, il  nie toutefois toute implication de son chef hiérarchique dans ce que les jeunes appellent de l’argent partagé pour permettre ce déversement aux nombreuses conséquences sanitaires et environnementales.

Sur les lieux, nous avons pu constater, comme c’est visible sur l’image d’illustration,  une de ces fausses qui ont été creusées pour y déverser ledit produit. Celle-ci contient déjà une grande quantité, et reste ouverte juste à quelques mettre d’un cours d’eau.

Selon Abdoulaye Sacko, un des leaders de ces jeunes, de l’argent aurait été versés aux autorités pour qu’elles permettent le déversement de ce produit à ces endroits. Ce produit qu’il qualifie de toxique, serait déversés par des sociétés industrielles installées non loin de là. Difficile pour le moment de dire, avec certitude, la nature exacte du produit, l’autorité « supérieure » qui en a donné le feu vert, et la ou les sociétés industrielles qui le font. Puisque les informations qui nous ont été fournies à propos de ces trois aspects fondamentaux de notre enquête, restent encore à  vérifier.

A suivre !

Thierno Amadou CAMARA

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top