Actualités

Plume à Aboubacar Diallo du 14 Mars 2016

plumeUne sottise qui dénote de la frilosité d’un pouvoir dans une zone considérée pourtant comme un bastion imprenable, mais qui fait la moue. Au lieu de chercher à se repentir et à panser les meurtrissures de ses militants dégrisés, il se couvre de honte en se fait prendre une vilaine gamelle.

Scénario incroyable et ubuesque ! Une de ces maladresses, une de ces stupidités,  une de ces balourdises politiques dont le pouvoir d’Alpha Condé et ses symboles, auraient dû bien se passer. En ces temps de chien où la préoccupation est plutôt ailleurs, où la préoccupation est plutôt de savoir comment résister aux tempêtes d’une récession économique et en sortir les braies nettes, où la préoccupation est donc ailleurs que de commettre d’aussi honteuses incartades.

A croire que le pouvoir d’Alpha Condé était devenu aussi frileux, aussi ébranlé, aussi sonné,  au point de trembler comme une feuille morte à l’idée que l’épouse du principal opposant du régime, doit se rendre dans un bastion, qui plus est, dans un cadre purement humanitaire, ça dénote de l’état de conscience second dans lequel se trouvent ce pouvoir et tous ses symboles, sous le déluge du grand élan de  désappointement, de dégrisement, de désaffection, de désamour, qui s’est emparé des inconditionnels, irréductibles fanatiques, qui y écument.

Depuis des propos tenus par celui pour qui ils ont fait don de soi, de longues et pénibles saisons durant, des propos qui ont choqué et qui continuent de choquer, parce que dégageant des exhalaisons miasmatiques d’ingratitude, leur moral est au plus bas, leur déception décuplée, leurs frustrations au summum, au point qu’à maints endroits de nos jours, considérés jusqu’ici comme des temples d’endoctrinement, on ne veut plus entendre parler de président-fondateur, on ne veut plus le sentir. Siguiri, dans une certaine mesure est à loger à cette enseigne. Sur place, le fait que le pouvoir, soit resté inerte, voire complice de la situation de non droit qui y prévaut, en violation de l’accord politique du 20 Août, parce que jusqu’ici il a été impossible d’installer de nouvelles délégations spéciales aussi bien à la mairie de la commune urbaine, mais aussi dans sept autres communes rurales, de sorte que sur les 128 communes urbaines et rurales du pays, auxquels cet accord s’appliquait, seules celles de Siguiri, n’ont pu être recomposées. Une incongruité très mal vécue sur place. Et qui peut faire le lit à une situation où la moindre peccadille suffit pour qu’on tourne le dos au parti au pouvoir, et se laisser aller dans les bras du premier concurrent venu. D’où cette basse manœuvre d’une autre époque, inspirée et orchestrée par le maire Aboubacar Traoré de Siguiri, pour aller poser un honteux verrou à la rentrée de la ville, pour tenter de faire barrage à Hadja Halimatou Dalein Diallo et son cortège, comme si il lui était interdit de mettre pied dans cette ville, comme si Siguiri était une zone de non droit, se trouvant hors de la superficie de la Guinée. Et savoir que parmi les jeunes auteurs de cet acte d’une barbarie, d’une inintengence sans nom, il y avait le propre frère du maire Traoré, qui se serait payé d’audace pour menacer de mort et insulter l’épouse du chef de file de l’opposition, c’est le comble de l’hérésie, c’est le paroxysme du hooliganisme politique. Heureusement que depuis Conakry, on a vite su circonscrire l’incident, autrement il prendrait une autre tournure.

Apprendre après cette scène, cette bévue pour le moins surréaliste que le même maire, soit allé faire génuflexion et s’aplatir comme une carpette devant celle que ses loubards menaçaient de mort et couvraient d’insultes, quelques heures plutôt, pour se confondre honteusement en excuses, c’est attester de l’immaturité, de la niaiserie, que dis-je de la sottise de cet acte de la honte. On sait que président-fondateur n’est plus en odeur de Sainteté auprès de ceux qui étaient prêts hier à se jeter dans la braise pour lui, on sait qu’à Siguiri, la déception des militants du RPG-Arc-en-ciel, n’a d’égale nulle parts ailleurs, on sait que les élections locales, s’annoncent bigrement compliquées pour Alpha Condé, dans ce fief qui lui tourne dos pour ingratitude, mais bon sang, qu’avaient-ils à se ridiculiser de cette manière dans le soap public ? Qu’avaient-ils à tomber aussi bas pour commettre un de ces Pas de Clerc des plus ignominieux ? Honte à eux ses auteurs, honte à eux tous, les commanditaires aussi.   

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top