Actualités

  Mines, Rio Tinto : Les frasques et le machiavélisme d’un cadre, mis à nus  

IMG_0056(1)De  loin, en Guinée, en termes de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), Rio Tinto, reste la société minière de référence.

En  témoigne, ses multiples actions très salvatrices et réalisées par sa fondation dénommée : Fondation Rio Tinto.

A titre illustratif, celle-ci a  noué des partenariats avec plusieurs organes de presse et surtout, apporte un soutien sans cesse croissant au développement local (en Guinée) par l’accompagnement de plusieurs projets à fort impact socio-économique.

Pour la bonne cause, dans sa gibecière, un total déjà des subventions accordées à  cinq (05) projets innovants s’élève à  GNF 5. 159. 188. 135 (USD 722 272).

Par ailleurs, nonobstant cette performance, selon un employé du Bureau principal à la Belle – vue et qui a requis l’anonymat, si rien n’est envisagé dans l’immédiat, c’est cet atout majeur que perdra ce mastodonte de l’industrie minière mondiale en Guinée.

Et pour cause, la Direction Générale serait totalement éconduite par les frasques et le machiavélisme d’un de ses cadres expatriés en fin de contrat de travail, du nom de : EMERSON BOYLE, Directeur des Services d’Approvisionnent sortant du Projet Simfer/ Rio Tinto.

En effet, ici, nous tenons à noter, cette belle philosophie du « agir local, penser global » si chère à René Jules Dubos (lauréat, prix Pulitzer de l’essai,1969) et valablement intégrée par Rio Tinto dans son chemin de travail.

Mais aux dires de notre interlocuteur (employé anonyme) cette valeur cardinale de Rio Tinto, risque d’être fortement écornée par l’une des plus grandes supercheries jamais orchestrées dans le monde professionnel en Guinée.

Il s’agit bien des sournois agissements du sieur Emerson, cet expatrié d’origine australienne, parvenu à mettre en œuvre, un scenario, digne d’un film hollywoodien. A vous, quelques points saillants de l’entretien.

« Acte 1 : Résolument décidé à se réinstaller en Guinée  au terme de son contrat de travail, il (Ndlr : Emerson) entreprendra dans les dernières années de son contrat de travail, un mariage de raison avec une guinéenne pour une intégration sociale.

A cet effet, il jette son dévolu, sur une de ses agents qui, dans les faits et sous d’autres cieux, s’apparenterait à un vrai harcèlement sexuel.

Dans la foulée, pour des convenances religieuses, se convertit à l’islam. Sans oublier qu’auparavant, aux soins d’un ami libanais né en Guinée, il y avait créé, une entreprise.

Ainsi, en 2015, c’est cette  entreprise-écran, qui recélera, tous les biens et équipements soustraits frauduleusement des appartements loués par Rio Tinto au compte d’un de ses sous-traitants du nom de FLUOR  et entreposés  à Yimbaya.

Il est important de vous signaler, nous dit notre interlocuteur ; qu’au départ de FLUOR, tous les équipements informatiques et autres biens de valeur, dans un premier temps ont été transférés à cette société-écran sous son truchement et tout le reste, dans un second temps, vendu à certains Cybercafés ou imprimeries de la place.

Au finish, le scandale qui éclatera, va porter sur près de cinq cent mille dollars US (500.000$ us) de vol. Le parfait bouc émissaire ? Un de ses agents, d’une complicité établie, fera les frais. Quant à lui (Ndlr : Emerson), son statut d’expatrié, un véritable alibi qui l’extirpe des griffes de l’enquête administrative et  policière.

Par contre,  tous les autres biens subtilisés susceptibles de conduire à sa personne, seront déclarés par le Directeur Financier comme : biens  amortis.

« Acte 2 : Devant l’impérieuse nécessité du terme de son contrat d’expatrié qui n’excède traditionnellement pas les quatre (04) ans révolus, Emerson pour jouer les prolongations, contribuera activement à faire renvoyer l’ex Directrice Senior Chargée des Ressources Humaines de Simfer.

Car, ayant compris l’acharnement de celle-ci, qui, en réalité, ne visait qu’à l’application correcte des clauses contractuelles.

Toutefois, pour jouer les prolongations et disposant de quelques informations compromettantes contre celle-ci, il les fera fuiter. Ce  qui du coup, emportera cette dernière.

Bref ! Aux termes d’un interrogatoire musclé, celle-ci sera amenée à démissionner en pleines quatorze heures avec effets immédiats.

Seul péché commis de la pauvre dame, avoir compris très tôt, l’attachement du sieur Emerson à son poste de Directeur des Services d’Approvisionnent au sein de la société et sa malveillante intention  de le conserver quelques temps supplémentaires.

Emerson toujours fécond en stratagèmes, et, dans l’optique de garder son poste pour mieux préparer sa succession, parvient à retarder abusivement le recrutement d’une compétence locale (guinéenne) à l’interne.

C’est ainsi que, sous anonymat, il laissera fuiter des renseignements compromettant contre la jeune dame dont l’aboutissement sera la révocation de celle-ci, sous forme de démission déguisée.

Comprenant l’irrévocabilité de la fin de son contrat de travail qui s’approchait inexorablement et dans l’optique de jouir  à partir de l’extérieur, de certaines opportunités de son poste très juteux, sa dernière trouvaille a consisté, à conquérir pour une seconde fois, le cœur d’une autre de ses nombreux agents qu’il entretient à ce jour, comme concubine.

Aux dernières nouvelles, c’est celle-là, qu’il compte promouvoir aux fins de lui succéder. Ceci, après avoir contribué à rendre infécondes, toutes tentatives de recrutement tant à l’interne qu’à l’externe !

« Acte 3 : Enfin, conscient (Ndlr : Emerson) des clivages communautaires et politiques à base généralement ethniques chez nous, il ne se gêne point, de tirer sur ces fibres en vue de crisper davantage, l’atmosphère socioprofessionnelle entre travailleurs au sein de sa Direction.

Si des dispositions idoines ne sont prises en vue de le mettre hors d’état de nuire, nous confie cet employé de Rio Tinto, ce manipulateur d’Emerson, parviendra avec brio, dans la mise en œuvre et dans l’exécution parfaite de tous ses projets machiavéliques.

Enfin, pour son mot de la fin, les derniers sentiments que nous a confiés ce travailleur complètement aux abois et remonté à bloc contre les agissements de cet expatrié de Rio Tinto, est ceci : « c’est ce qui me tenait à cœur et dont je brulais d’envie de divulguer sur la grande place publique via votre organe. Merci ! ».

Votre préféré se propose sans délai, de recueillir pour vous, la réaction de Monsieur EMERSON BOYLE, s’il le désirait.

 

Propos recueillis, par Rosaline Sow

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top