Actualités

Plume à Aboubacar Diallo du 21Mars 2016

plumeDe charybde en scylla ! Tel un repaire infesté de damnés de la terre, jamais la Guinée, n’a aussi porté la guigne, que depuis ces dernières années. Que d’âmes humaines arrachées ou triturées, que de larmes versés, que de chagrins, bref que de malheurs. Alors qu’elle avait jubilé à l’idée de s’offrir de nouvelles perspectives, croyant être débarrassée du virus maudit, la voici vite rattrapée par celui-ci. La porte ouverte à nouveau au business le plus mal sain !

Oui, à quelque malheur est bon, enseigne l’adage ! Si nous guinéens, n’avons pu jusqu’ici comprendre de quoi cela retourne, malgré que président-fondateur,  ait semblé en avoir l’air sans entendre la chanson, ne manquant aucune occasion pour dire avec emphase qu’Ebola était une opportunité, si nous guinéens, avons été infichus d’entendre cet enseignement d’une oreille intelligente, ceux qui savent le retourner pour le compte de leurs sales besognes, jusqu’au trognon, advienne que pourra, ceux qui ont intérêt que leur business, certes le plus immonde, le plus immoral au monde, ne s’arrête guère, ne se feront aucunement priés. Insatiables, pique-sang jusqu’à la dernière goutte, les voici se frotter à nouveau les mains, les voici jubiler à nouveau, à l’idée de se mettre pleins aux as. Ce n’est point de gaieté de cœur qu’ils avaient vu leur business subir un coup d’arrêt, que dis-je un à-coup, un à-coup, puisque convaincus que ce n’était que partie remise, qu’Ebola resurgirait tôt ou tard en Guinée, pays de toutes les absurdités, de toutes les incongruités. Les voici qui reviendront au galop comme le naturel, tous ces prétendus intervenants dans la croisade contre ce mal, en réalité des affairistes dont le fonds de commerce est le sang humain. Pour que ce business des plus ignominieux ne prenne jamais fin, malgré une déclaration solennelle de fin d’épidémie, ils se sont juste repliés un tantinet et se cacher dans le bois, conduisant à une démobilisation des équipes facticement engagées dans ce qui a été appelé la phase de surveillance renforcée, guettant ainsi un rebond de la maladie, ils y ont espéré, ils y ont contribué, les voici bien servis, du fait aussi et surtout de notre naïveté, de notre inconscience, de notre manque de vigilance, de notre irresponsabilité. Comme toujours, nous avons prêté le flanc à leur mafia, nous avons tendu la joue pour nous faire administrer une giroflée à cinq feuilles. Voici donc Ebola nous revenir à la figure, prête à nous dévorer de nouveau, voici ce grand mal refaire surface, prêt à se nourrir de plus de sang humain, comme s’il ne lui a pas suffi de sucer le sang de près trois mille âmes, qu’elle a englouties sans crier gare. Ce n’est pas la première fois que le grand mal réapparaisse avoir été déclaré vaincu, assommé. Mais il a été aussitôt repoussé, sous d’autres cieux bien entendu, grâce à des mesures énergiques. Ne nous voilons pas la face, dans le cas espèce de la Guinée, sans jouer aux Cassandres, il faut dire que les risques d’une propagation à grande échelle, demeurent grands, quand on sait la mentalité qui est celle des nôtres, quand on sait que ce sont les gens de Kporopara eux-mêmes qui ont manipulé les corps du couple et qui les ont enterrés sans aucune précaution. Le chiendent, c’est comment retrouver et mettre hors d’état de nuire tous ceux qui ont été en contact avec les deux individus et tous ceux qui ont participé à leur enterrement non sécurisé. Ce n’est pas de la sinécure. Aussi, les scientifiques et l’OMS, doivent aider à répondre à une question centrale qui demeure une énigme entière pour tout dire, surtout pour les habitants de Kporopara, étonnés comme des fondeurs de cloche, de retomber dans la gueule du loup après avoir compté 19 morts précédemment : comment expliquer cette soudaine réapparition du virus maudit, comment les trois premières supposées victimes, l’ont-elles contracté ? On a besoin de savoir ! Autrement, ça restera mystère et boule de neige pour plus d’un an.  Autrement, pour ma part, je serai tenté de croire à une nouvelle machination, à un complot de plus, pour à nouveau enfoncer la Guinée, pour continuer à la maintenir dans le sixième dessous. Le peuple a besoin de savoir, le peuple a droit à la vérité..  

 

    

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top