Actualités

Siguiri toujours pris en otage par des individus guidés par des comportements barbares et violents (Par Moussa Tatakourou Diawara)

tatakOn ne le dira jamais assez, Siguiri est loin de sortir de l’auberge espagnole.

Pendant longtemps, ses populations, ont vécu sous l’empire du clan Sékou Savané, en dépit de toutes les dénonciations de la barbarie qui était le sport favori de ses affidés.

Alors qu’on croyait Siguiri sorti de cet enfer,  voici  un notre système de dictature qui embête toute la population et qui renvoie une image honteuse de cette ville à l’échelle internationale.

Pendant un moment, nous avons cru à faire à un ‘’collectif’’ libéral, un ‘’collectif’’ responsable, un ‘’collectif’’ de démocrates, un collectif visionnaire, un collectif  sauveur, mais notre rêve est loin de ce que nous pensions pour notre ville commune à nous tous, Siguiri.

A quand Siguiri se débarrassera de ces hontes ?

Ils sont au nombre de 3 jeunes, tous membres de ce fameux collectif, une fraction du parti au pouvoir, qui a été soutenu par toute la population de la commune urbaine dans un passé récent, qui viennent de plonger notre ville dans une honte qui a fait le tour de la toile.

Je parle des trois jeunes barbares manipulés par le maire Aboubacar Sidiki Traoré et certains cadres de l’administration préfectorale de Siguiri.

Alors qu’elle venait pour mon mariage, Hadja Halimatou Dallein Diallo et sa délégation, ont été victimes de leurs bassesses, à la rentrée de Siguiri, à travers un verrou fait de pneus usés, posé par ces trois jeunes, membres de ce fameux collectif, tous des pantins agités du maire Aboubacar Traoré.

Cette opération de la honte, ils l’ont menée à bord d’une voiture non immatriculée, ayant à son bord des bidasses comme Mohamed Dioubaté dit Aimsi, un ancien danseur de TEMPO vacances à Siguiri, devenu politicien par ses actes barbares et irresponsables, et un gueulard nommé Sekouba Traoré, connu pour ses échecs répétés au concours d’accès à l’université et qui est passé par la fenêtre pour être étudiant à  Kankan.

Mais, celui qui m’étonne de plus c’est ce vendeur d’accessoires de téléphones du nom d’enfant noir, qui a été envoyé pour chercher les soi-disant féticheurs pour les compléter à cinq.

Siguiri de 2016 est différent de Siguiri 2006 et 1996

Si vous voulez vous faire plaire au locataire de Sékoutouréyah, mettez-y la bonne manière, mais ce n’est pas en barrant la route devant des honnêtes gens que celui-ci va vous aimer, soyez en rassurez.

D’ailleurs, il a été lui-même très indigné par votre attitude qui est un acte antidémocrate.

Si vous avez une de la bonne mémoire, le régime de feu Conté a été qualifié ici comme l’une des plus grandes dictatures de l’Afrique et l’actuel président, le Pr Alpha Condé était le principal opposant à l’époque, mais son épouse d’alors, en l’occurrence Mama Kany Diallo n’a jamais été empêchée de circuler en Guinée pour des activités politiques, à plus forte raison, pour des raisons sociales, par le PUP.

Malgré toute la puissance qui était celle de ce parti, la réception à Siguiri de l’épouse d’Alpha Condé, opposant à l’époque, a été plus grandiose que celle de son époux, allez lui demander au ministère du plan et de la coopération, elle vous répondra par l’affirmatif.

Contre qui vous voulez vous battre désormais ? je me demande franchement.

C’est n’est pas quand même celui-là qui nous avait fait croire que le fond alloué pour la route Kankan-Siguiri- Bamako, avait été détourné ? Celui-là qui avait dit que c’était une route deux fois deux voies, qui avait été financée par la banque mondiale, et qu’il suffisait qu’il soit président, pour qu’il reprenne cette route au bout de deux ans ?

Où en est-on aujourd’hui ? Que dalle ! Bon sang de bon Dieu ! Nous avons eu de la chance de ne pas défaire cette route cette fois-ci comme cela a été en 93. Faites d’abord  Dabola-Kouroussa.

Je veux bien savoir c’est pour celui-là qui disait en 2007 qu’il lui suffit de deux ans de pouvoir pour que Siguiri devienne comme Abidjan, dites-moi si vous pouvez même comparer Siguiri à Man ou korogho, après 5 ans.

Je voudrai remercier les jeunes conscients de Siguiri pour leur réaction contre ces trois barbares, les services de sécurité notamment la gendarmerie, la brigade mobile et la police pour leur professionnalisme, qui a permis d’éviter le pire ce jour à Siguiri.

Moussa Tatakourou Diawara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top