Actualités

SOS HEPATITES GUINEE : un bon samaritain en manque de soutien

12910733_812479412197460_130494924_nSelon les statistiques africaines et internationales, la Guinée est placée deuxième pays  après l’Egypte sur les pays affectés par l’hépatite C. malgré ce classement pour le moins déshonorant, le traitement de cette maladie et la prise en charge des malades ne figurent pas parmi les priorités des autorités sanitaires guinéennes. Partant de ce constat, le docteur Abdourahamane Diouria Diallo, (Hepatho-gastro antrologue) a mis en place une association non gouvernementale et à but non lucratif afin de faciliter le traitement et le suivi des personnes infectées et affectées par les hépatites. Ce spécialiste des Hépatites  ayant participé à des colloques dans les quatre coins du monde est très soucieux quant à la santé de la population guinéenne. D’où la création de SOS HAPATITES GUINEE, une Association de personnes vivants avec les Hépatites, des proches et du personnel médical.

Les objectifs de l’ONG SOS HEPATITES GUINEE s’articulent autour de plusieurs points dont entre autres : l’amélioration du niveau de compétences du personnel de santé à tous les niveaux par la formation continue, le diagnostic, la prise en charge et la vaccination des groupes à risque selon le protocole international en vigueur, l’orientation et l’accompagnement des personnes infectées et leurs proches dans leur prise en charge et améliorer leur qualité de vie.

Cependant, le Docteur Abdourahmane Diouria Diallo se trouve confronté à plusieurs obstacles nonobstant sa volonté de débarrasser la Guinée des hépatites qui prennent des proportions inquiétantes. Docteur Dioura s’inquiète par exemple de l’absence de structure et de programme national de lutte contre les hépatites alors que la Guinée est le second pays le plus affecté en Afrique. Pire, le Comité National de Lutte contre le Sida refuserait toujours de collaborer avec l’ONG de Docteur Diouria Diallo.

Mais malgré toutes ces difficultés, SOS HEPATITES GUINEE ne baisse pas les bras. Docteur Abdourahamne Diallo multiplie les démarches au niveau des institutions nationales et internationales afin de rendre son ONG plus efficace et plus étendue. Aujourd’hui, SOS HEPATITES GUINEE a besoin de matériels de sensibilisation pour mieux informer la population, d’équipements de suivi des cas (AgHBs+) ainsi que d’un fond pour le dépistage des hépatites B et C chez les femmes enceintes.

A rappeler qu’en trois ans, l’ONG HEPATITES GUINEE a réalisé 3605 consultations parmi lesquels 243 sont positifs à l’hépatite (AgHBs+). Elle a son siège à petit Simbaya dans la commune de Ratoma

Bangaly Kourouma

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top