A LA UNE

Faranah : L’ombre d’Idi Amin derrière un conflit autour d’un hôtel  

Idi aminLe tout puissant Directeur de cabinet du ministère de la défense nationale, le Général Aboubacar Sidiki Camara, dit Idi Amin, a-t-il une main noire derrière le conflit qui oppose deux sociétés détenues par des ressortissants français et espagnol, autour d’un complexe hôtelier à Faranah ?

Tout porte à le croire ! Selon nos informations, c’est bien le sieur Idi Amin, qui titrerait les ficelles de ce conflit, poussant l’espagnol du nom de Jean Louis Berio Manguillo, à se radicaliser, et à faire flèche de tout bois, pour récupérer l’hôtel ‘’Del Niger’’, qu’il a certes construit, mais qui avait été ravagé par un incendie, avant d’être reconstruit par la société Sierra International, appartenant au français Gilles Ribaut Court, sur la base d’un contrat de bail d’une durée de cinq ans.

Idi Amin, n’aurait jamais digéré le fait qu’en 2012-2013, la société Fluor, sous-traitante de Rio Tinto, ait quitté l’une de ses maisons pour hôtes, pour préférer justement cet hôtel ‘’ Del Niger’’, qui venait d’être reconstruit avec plus de commodités internes.

Via une sœur à lui, une retraitée du trésor de Faranah, il pousserait aujourd’hui dans le sens que l’espagnol récupère son hôtel, où la société du français a réalisé un investissement de plus de 21 milliards, avant même la fin du contrat de bail qui lie les deux sociétés, et ainsi, apprend-on, racheter l’établissement.

Il serait aidé en cela par les autorités locales, y compris le préfet et le juge Rachid de la justice de paix de Faranah.

En dépit d’une décision qu’il a lui-même rendue récemment, qui condamne l’espagnol Berio au paiement d’un franc symbolique à la société Sierra International qui exploite l’hôtel, ce juge, sans attendre qu’une suite soit réservée au dossier désormais pendant devant la cour d’appel de Kankan, aurait décidé de mettre dehors le directeur d’exploitation M. Abass Diallo et toute son équipe, pour fermer l’établissement, en toute illégalité, selon M. Diallo que nous avons joint.

Le Directeur d’exploitation, explique que depuis plus de trois mois, l’hôtel est fermé, lui et ses travailleurs, interdits d’y accéder.

Même une équipe d’EDG, partie pour couper le courant en attendant une issue à cette bataille judiciaire, aurait été empêchée d’y accéder.

L’hôtel est depuis gardé par les hommes du Colonel Jean Louis, patron de la gendarmerie de Faranah.

A suivre !

Demba Sidicki

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top