A LA UNE

L’Etat guinéen face à l’équation du financement des élections locales : La CENI sans argent depuis trois trimestres  

malado_doumbDe sérieuses questions entourent l’organisation des prochaines échéances électorales en Guinée, les élections locales en l’occurrence (communales, communautaires et de district).

Celle qui taraude les esprits et se pose avec acuité, dans un contexte de marasme économique, est celle ayant trait au financement même de ces élections. Le nerf de la guerre, pour faire bref.

Partant du constat que, c’est un secret de Polichinelle, l’Etat guinéen, est très gêné aux entournures financièrement depuis que l’épidémie d’Ebola a frappé le pays entre 2014 et 2015, réduisant à néant tous les petits progrès enregistrés dans le domaine économique grâce à une politique de rigueur, il est à se demander, comment l’Etat guinéen, va-t-il s’y prendre pour faire face au financement de ces élections.

Déjà qu’il est incapable de verser le moindre centime à la CENI, l’institution électorale, depuis le dernier trimestre de 2015.

Une situation qui perdure jusqu’à nos jours. Soit près de trois trimestres, sans le moindre sous.

Ce qui amène à s’interroger comment la CENI fait pour faire face aux activités qu’elle mène sur le terrain dans le cadre de l’accomplissement de ses missions et dans le cadre des préparatifs des prochaines élections locales.

Contacté par nos soins, un commissaire a expliqué que c’est le Système D, en attendant. Le système D, rendu possible, grâce aux petites économies réalisées sur de budgets antérieurs.

Selon nos informations, en dépit de toutes les démarches menées, les ministres Malado Kaba et Mohamed Lamine Doumbouya, tardent à débloquer cette situation. Les eaux étant toujours basses !

Demba Sidicki

  

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top