A LA UNE

Fria : Qui piétine la mise en place du conseil préfectoral de développement(CPD)?

friaLes structures faîtières de la société civile de Fria, ont entamé des démarches de prise de contact auprès des autorités pour la mise en place du conseil préfectoral de développement.

Elles se sont fondées sur un arrêté du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation d’alors, M. Alhassane Condé en date de 2013 portant création, mission, organisation, et fonctionnement des conseils préfectoraux de développement(CPD).

La société civile de Fria en collaboration avec d’autres ONG de la place a adressé un courrier au préfet, l’invitant à installer cet instrument de développement.

Ce mardi 17 mai 2016 dans la matinée, le préfet Hadja Gnalen Condé a reçu les structures faîtières de la société civile pour l’installation du CPD.

Durant les échanges, la première autorité de Fria, a surpris l’assistance en annonçant que des cadres du département de l’administration du territoire, sont entrain de toiletter les textes de l’arrêté ministériel : « je ne peux pas être juge et partie à la fois, donc il faut attendre le département qui est en train de toiletter les textes. Une mission viendra installer le CPD », a-t-elle annoncé.

Et d’ajouter : « le ministère veut expérimenter le CPD dans 14 préfectures minières de la Guinée, je vous rassure déjà qu’il verra le jour ».

Cette déclaration de Madame le préfet, a amené l’assistance à se poser un certain nombre de questions à savoir: pourquoi les préfectures de Boké, Siguiri, et Kindia ont leur CPD sans ce toilettage de l’arrêté, pas Fria ?

Comment un arrêté ministériel peut-il être valable pour quatorze sur trente-trois préfectures ?

Y a-t-il une volonté réelle chez les autorités à mettre en place cet outil de transparence dans la gestion de la chose publique ?

Contrairement à la déclaration de Madame le préfet,  l’article 4 de l’arrêté ministériel stipule, nous citons : « la séance pour l’élection des membres du bureau exécutif du conseil, est convoquée par le préfet », fin de citation.

Depuis la naissance de la cité de l’alumine, toutes les autorités qui se sont succédé à la tête de Fria ont fait obstruction à la mise en place de cette structure.

Selon certaines informations, c’est l’article 2 de l’arrêté qui perturbe la tranquillité des autorités de Fria.

Selon cet article 2,  le CPD est chargé de soutenir, dans l’éthique et la transparence toutes les opportunités de développement de la préfecture et des collectivités locales notamment:

-l’élaboration du schéma d’aménagement de la préfecture et de la gestion du domaine préfectoral;

-la mobilisation des ressources humaines, matérielles, et financières nécessaires pour le développement;

-La collecte des données statistiques relatives aux budgets et programmes communaux;

-Le suivi des programmes communaux de développement;

Le suivi de l’exécution du budget préfectoral,  entre autres.

Les structures faîtières, comptent adresser un courrier aux autorités dans les jours à venir pour demander la date de mise en place du conseil préfectoral de développement à Fria.

Si aucune satisfaction n’est obtenue, le gouvernorat de Boké et le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation seront saisis, nous a confié un acteur de la société civile de Fria.

Fatoumata Traoré

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top