A LA UNE

Le Sécrétaire général de la CNTG face au juge de Kaloum : Le procureur requiert la relaxe de Amadou Diallo

IMG_20160524_182118

Amadou Diallo, au sortir de l’audience de ce mardi

Le secrétaire général de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG), était face au juge ce mardi 24 mai 2016, au Tribunal de Première Instance de Kaloum, a constaté mosaiqueguinee. Amadou Diallo a plaidé non coupable des faits de faux et usage de faux, dont-il est reproché  par certaines centrales syndicales dont la COSATREG de son adversaire juré, Yamoussa Touré. Au terme des débats, le procureur a requis une relaxe du prévenu, et la décision du juge est attendue le 7 juin 2016.

A travers un courrier adressé au ministre en charge de la Fonction Publique, Amadou Diallo a désigné des personnes issues de sa centrale syndicale (CNTG), et de l’USTG, pour remplacer des membres d’autres centrales syndicales, au niveau de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) et à l’Institut National de l’Assurance Maladie Obligatoire (INAMO).

A la barre, Amadou Diallo s’est défendu en disant que c’est en application d’un des points du protocole d’accord du 09 février 2016. Ce point selon lui, consacrait le remplacement des membres de ces structures, issus de centrales syndicales non représentatives. Donc, puisqu’aux yeux des dernières évaluations sociales, ces centrales dont sont issues les personnes concernées, ne sont pas représentatives, il fallait qu’il soit procédé à leur remplacement.

Plaidoiries et Réquisitoire

Aux environs de 17 heures, finissaient les débats. C’est ainsi que le Procureur a requis une relaxe. Il sera rejoint dans cette idée, par l’avocat de la défense qui demandera d’ailleurs que cette relaxe soit prononcée séance tenante. L’avocat estime lui aussi, qu’il n’y a pas de préjudice subi par la partie civile, suite à un des actes pris par Amadou Diallo. Alors que, poursuit-il, il faut que soit prouvé un préjudice pour que le Faux soit effectif.

Mais Me Béavogui, l’avocat de la partie civile, reviendra pour expliquer que la lettre adressée par Amadou Diallo au ministre, par rapport au remplacement de ses clients par des gens que lui Amadou Diallo a choisis, a emmené le ministre à prendre un arrêté qui n’attend qu’un numéro au niveau du secrétariat général du gouvernement, et que c’est cela qui a déjà emmené à stopper la participation de ses clients, au sein des deux institutions. C’est d’ailleurs Amadou qui avait révélé cela au cours des débats. Donc pour lui, il y a préjudice et il demande que  justice soit faite. Le juge a remercié toutes les parties et a promis de rendre la décision le 07 juin 2016.

Une forte mobilisation au tribunal pour soutenir Amadou Diallo

L’ambiance a été électrique dans la salle lors que Me Béavogui, pour contester la qualité de syndicat de Amadou Diallo, a enchainé deux questions gênantes. Monsieur Amadou Diallo, êtes-vous inspecteur général au ministère des Travaux Publics, bénéficiaire d’un décret ? La sueur au front, Amadou Diallo réagit : Je ne réponds pas à cette question !

Monsieur Amadou Diallo, êtes vous entrepreneur ? En ce moment, les cries et les chuchotements devenaient de plus en plus assourdissant dans la salle, remplie de soutiens d’Amadou Diallo.

« Ma sécurité est menacée », s’est plaint l’avocat au tribunal. Il a fallu une poignée de minutes au juge pour qu’il réussisse à reprendre le contrôle de la salle.

La décision du tribunal est attendue le 07 juin à venir.

Thierno Amadou Camara

622 10 43 78

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top