A LA UNE

Office Guinéen de Publicité : Paul Moussa Diawara en « guerre » contre les régies et panneaux hors-la-loi

Paul OGPDepuis deux jours maintenant, les autorités de l’Office Guinéen de Publicité (OGP), poursuivent  une opération de contrôle sur le terrain. Cette opération s’inscrit dans le cadre des efforts en cours pour la réglementation de la publicité, un secteur  pourvoyeur de fonds pour l’Etat. Cette visite de terrain qui a débuté lundi, s’est poursuivie ce mardi 21 juin à Conakry sous la conduite du directeur de l’OGP .

 « C’est pour voir qui est dans les normes et qui ne l’est pas », a indiqué le directeur de l’OGP, Paul Moussa Diawara.

Après la descente sur le terrain de ce deuxième jour, le constat révèle une anarchie au niveau de la publicité. Paul Moussa Diawara compte y mettre de l’ordre à l’image de certains pays de la sous-région.

« Il faut faire en sorte que la réglementation qui exige le modèle de panneau et l’équidistance entre les panneaux soit respectée », a fait savoir le patron de l’OGP.

Tous les panneaux dont l’implantation comporte des risques ou qui sont implantés sans tenir compte des dix sept (17) conditions prévues à cet effet par l’OGP, seront supplantés, et le matériel confisqué par l’OGP.

En outre, les agences de publicité ne possédant pas de licence fournie par l’OGP, seront fermées. En deux jours, les portes de cinq (5) agences ont été fermées et une étiquette sur laquelle on lire « fermé pour non payement de la licence publicitaire« , apposée sur leurs devantures.

La mission ne sera  pas facile d’autant plus que ce désordre ne date pas d’aujourd’hui. « J’ai hérité d’une situation très compliquée. Ces panneaux qui sont aujourd’hui mis en cause et les agences qui pullulent ne sont pas d’aujourd’hui, ils sont là depuis des années. Mais qu’à cela ne tienne, nous en tant que gestionnaire de ce secteur, notre mission c’est de faire en sorte qu’il y ait de l’ordre », souligne Paul Moussa qui a rappelé que pour pouvoir s’installer en Guinée en tant que régie ou éditeur publicitaire, il faut être de nationalité guinéenne.

Selon Paul Moussa Diawara, soixante douze (72) heures avant de déclencher cette « mission de contrôle », l’OGP avait invité les agences de publicité concernées à se mettre dans les normes. Pour l’heure, il n’y a eu aucune arrestation bien que les agences fermées hier et aujourd’hui aient été prises dans des cas de flagrant délit, selon le directeur de l’OGP.

Bangaly Kourouma

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top