A LA UNE

Violences à Mali: l’opposition dite républicaine interpelle la justice militaire

oppoMoins d’une semaine après les échauffourées causées par le colonel Issa Camara et sa troupe dans la préfecture de Mali, des opposants politiques aux régime du président Alpha Condé, se sont prononcés sur ces événements qu’ils qualifient  de « troubles majeurs », et ont interpellé la justice militaire.

Dans son compte-rendu, Aboubacar Sylla, président de l’UFC et porte-parole de ladite opposition, s’est exprimé sur ces violences .

Il a évoqué l’insubordination du colonel Issa Camara qui a donné lieu à une « situation d’état de siège avec à la clé, près d’une vingtaine de blessé dont certains par balles réelles », selon lui.

 Après avoir fustigé l’agissement de cet officier de l’armée, passé du grade d’adjudant à celui de colonel en l’espace de deux ans sous l’ère du CNDD de Dadis Camara, le leader de l’UFC n’a pas hésité de mettre en doute la réforme de l’armée dont se félicitent les autorités guinéennes.

« Cette armée dont on vante souvent la métamorphose après la soi-disante réforme des forces de défense et de sécurité, a tout simplement décidé de se soustraire de la loi et de se comporter comme au temps du régime d’exception que nous avons connu entre 2008 et 2010 », a dénoncé Aboubacar Sylla.

« Nous tenons à ce que les personnes responsables de cette situation catastrophique soient poursuivies », a exigé l’opposition qui espère que la justice militaire fera montre « d’indépendance et de patriotisme » afin que l’impunité prenne fin en Guinée.

Bangaly Kourouma

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top