Actualités

Fria: du rififi autour du partage de 150 sacs de riz offerts par le président Alpha Condé 

GnalenCondePréfetFria-622x300A l’occasion de ce mois saint de ramadan, le président de la République a offert des sacs de riz, cent cinquante (150) selon nos informations, aux différents services de la préfecture de Fria.

Sur les instructions du préfet, Hadja Gnalen Condé, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées et celui des affaires administratives se sont chargés de la répartition.
Après le travail, certains services ont été omis. C’est le cas de  la direction préfectorale de la jeunesse et la mairie.
Dans une intervention à la radio rurale de Fria, Naby Camara, secrétaire général chargé des collectivités décentralisées, a affirmé que toutes les directions en ont reçu.
Une affirmation démentie par le directeur préfectoral de la jeunesse, Abdoulaye Aziz Camara. « On a prévu trois sacs de riz pour ma direction mais quand j’ai envoyé quelqu’un chercher les sacs, le préfet a annulé notre dotation », a-t-il dit.
Interrogé sur l’omission de la DPJ dans le partage, le secrétaire général, Naby Camara, responsable de la répartition, a répondu en ces termes: « C’est le préfet qui a offert la part de la DPJ à un groupe de jeunes en raison de l’absence de son représentant. En plus, si la direction de la jeunesse n’a pas reçu sa part, ce n’est pas à moi qu’il faut s’en prendre ».
En début de semaine, les employés de la mairie se sont déportés à la préfecture pour réclamer leur part. Après des tractations, le préfet a ordonné de donner cinq sacs aux services de la commune. Les cinq sacs ont été refusés par ces derniers, sous prétexte qu’ils sont nettement insignifiants.
D’après certaines informations, le préfet, Hadja Gnalen Condé, aurait omis volontairement tous les services dont les responsables ne sont pas en odeur de sainteté avec elle. Le DPJ a confirmé cette information, en ajoutant que ce n’est ni la première, ni la deuxième fois, sa direction est mise à l’écart dans les partages des dons faits par l’administration publique.

                        Fatoumata Traoré

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top