Actualités

Qui retarde la SIVITA  à reprendre ses activités ?  (Par Robert  Kamano) 

SivitaPar Robert Kamano- L’affaire SIVITA  est ce feuilleton de frustration  révoltante pour toute personne épris de paix et de justice qu’a subi et continue de subir le promoteur avec ses partenaires étrangers.
Pour mieux comprendre, l’initiateur est un opérateur économique Guinéen qui  a acquis en bonne et due forme, et cela conformément a la loi en la matière comme dans tout pays (par appel d’offre international  l’exclusivité des visites techniques des véhicules en Guinée).

A cet effet,  il lui a été cédé, suivant des procédures légales  (dossier à l’appui) les domaines de Matam, de Kénien qui abrite actuellement l’espace de la bleuzone jusqu’au pont de avaria ,  de Cosa et de Taouyah pour lui permettre de développer son projet à la fois ambitieux et salvateur pour le pays.

1-Du premier centre construit au km 9 de Matam en bail avec l’Etat Guinéen qui malheureusement après y avoir fait ses preuves de prévention des accidents que tout le monde reconnait en son temps de 1993 à 2004, a été purement et simplement casé, incinéré, même les équipements de travail,les archives et les véhicules par fait politique sous prétexte que cette société était la source d’approvisionnement financier pour tous les responsables du RPG .

C’est  suite à ce désastre que l’Etat Guinéen a été assigné en justice par SIVITA contrairement à l’avis des partenaires du Dr Keïta, qui s’y est imposé à cela et c’est ce qui fut fait dont les arrêts depuis la première instance de justice de Kaloum à la cour d’appel de Conakry jusqu’à la cour suprême de Guinée(voir l’arrêt n° 07 de la cour suprême) ont été bénéfiques heureusement pour SIVITA plutôt que de juger la Guinée à l’étranger qu’il n’a pas voulu  (quel bonne idée de patriotisme bien que brimé).
D’où les réparations juridiques  ont été demandées à l’Etat Guinéen de remettre  SIVITA dans ses droits dont  d’après nos enquêtes :
Les réparations morales, domaniales, financières et matérielles ;C’est dans ce cadre que la réparation financière a été entamé en 2014 grâce à la bonne volonté personnelle du président de la république et de son gouvernement qui ont autorisé officiellement en conseil des ministres le ministre des finances d’alors de procéder aux payements en tranche qui malheureusement à cause d’Ebola n’est pas encore terminé même a moitié qui d’ailleurs avait servi a la construction du chantier de Cosa .
C’est justement pour cette réparation domaniale que les cascades de déception ont continué contre l’installation de SIVITA pour la reprise de ces activités de visite technique automobile en Guinée.
1- A Matam sur terrain de l’Etat construit entièrement par SIVITA mais chassé par force du ‘’vice-président ‘’de la Guinée à l’époque auprès de qui tous les ministres cherchaient allégeance.
2- Kenien Dixinn gare à madina pour la première fois d’abord après y avoir réalisé un investissement de plus de 800 cent mille dollars US en clôture et en remblaie depuis le pont Kenien jusqu’au pont de madina avaria qu’il a été chassé en cassant tout son investissement sous prétexte qu’il préparait les lieux de festivités pour le RPG en 2006.

Et pour la deuxième fois en 2015 le ministre de l’habitat d’alors disait-il sous  pression de force  majeur a lui annulant le bail pour donner l’espace à la compagnie Bolloré pour le projet Bluezone contre l’installation de SIVITA  sur les lieux .

3- A cosa malgré l’établissement de bail à construction entre l’Etat et SIVITA dont les bases ont été bien ficelé par les techniciens des différents Ministères concerné à savoir : le Ministère des TP, de l’habitat , de la sécurité et des transports à travers l’office national des chemins de fer .Malgré cet état de fait l’évolution de SIVITA tel qu’il existait après avoir y investit lourdement et continuait à faire venir ces équipements en contenaire sur les dit lieux a été saccagé ,brulé, emporté pour se soldé à une perte pas moins de 36 milliards de francs Guinéen composé des nouveaux équipements 16 lignes de contrôle technique et accessoire , des camions remorques , des milliers de tonne de fer à béton , ciment et plus de 55 milles briques et autres…..

4- C’est suite à ce dernier désastre qu’il lui fut affecté par décision du patrimoine bâti public au nom de l’Etat Guinéen le 25-03-2015 le magasin de taouyah, ancien magasin de la société KATEX, contiguë à la maison proprement dite des jeunes, construite par le président de la République en 2014 qui n’a rien à avoir avec ledit magasin le fut retiré par forme de manigance orchestrée par le ministre de la jeunesse (voir document!). Alors que la pose de la première pierre était prévue pour le 13 Mai 2016 sous l’autorité du ministre de transport avec tous les autres ministères techniques concernés avec le gouverneur de la ville de Conakry, qui avait instruit les  autorités communales de Ratoma de prendre toute les dispositions utiles par lettre N°130 en date du 10Mai 2016.
Malheureusement le 12 mai 2016, un véritable rétropédalage intervient dans le dossier, avec l’intervention  du ministre de la jeunesse qui annule  les décisions prises ci-dessus concernant ce domaine à Taouyah par lettre N°38. Ce scénario bloque encore l’évolution de SIVITA pour le contrôle des véhicules mixtes et administratifs qui est alors fondé du pouvoir de décision de cession des patrimoines bâtis de l’Etat. La confusion s’installe à cet effet ! !!!
5- Autre fait incompréhensible qui se confond au destin  disons malheureux de l’opérateur économique est cette autre décision de cession du domaine qui abritait L’ENTAG, qui était bloquée curieusement et paradoxalement par Mr le directeur du patrimoine bâti d’alors  pendant 6 mois, et pourtant Monsieur le Ministre de l’industrie et des PME avait bel et bien octroyé ce domaine par contrat à SIVITA sur instruction du président de la république qui est prévue pour les poids lourds et autre véhicule utilitaire et cela a duré jusqu’en fin Mai 2016 ou les occupants ont été sommés de libérer  les lieux en vain au plus tard le 15 juin 2016  par le Ministre de l’industrie qu’il faut saluer avec ses cadres de bonne foi. C’est pourquoi d’aujourd’hui SIVITA étant prêt à attaquer les travaux de reconstruction des dits lieux et que force est de reconnaitre que rien n’en est pour le moment, d’où encore une des dernières causes de retard d’installation de SIVITA pour le bien de tout le monde.
En parcourant tout ce qui précède chers lecteurs, quel jugement vous faites sur cet état de fait qui frappe sivita et ses promoteurs comme s’il n’est pas Guinéen ou si on cherche le pou sur un crâne rasé.

Néanmoins, selon les renseignements reçus auprès de SIVITA, elle reste confiante à Monsieur le Ministre de l’industrie à la bonne finalisation conformément aux closes du protocole d’accord déjà signé par lui au nom de l’Etat Guinéen avec SIVITA pour le respect du droit et de l’engagement.

Dossier à suivre…

Transmis à la readaction de mosaiqueguinee.com par Robert Kamano

Commentaires

commentaires

2 Commentaires

2 Comments

  1. Sacko M.

    27 juin 2016 at 12 h 32 min

    Essayez en tant que journaliste professionnel de recouper les faits afin de mieux filtrer l’information que vous publiez. Je pense que votre article comporte assez de contrevérités qui pourraient être élucidées par le simple fait d’une vérification sur le terrain. Le Magasin de Taouyah dont vous faites référence dans l’article était un domaine de l’ancienne Permanence de Ratoma du temps de la Révolution. Ce sont ces permanence qui ont été érigés aujourd’hui en Maisons et Foyers des Jeunes. Alors que SIVITA se trouve ses propres moyens de son implantation. A bon entendeur Salult!

  2. Nsira

    27 juin 2016 at 20 h 11 min

    Blablabla!!! Informez vous d’abord avant de debiter des contre verité! !! SIVITA est obsolete et continuez a vous renseigner car il faut 5 comme SIVITA pour assurer le CT en Guinée. ..mais il est victime de son egoisme et de sa me chancete. On se prepare aussi MashAllah.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top