A LA UNE

Diaspora : le président du Conseil des Maliens de Guinée brise le silence (Interview)

Mohamed Sidibé, ressortissant Malien vivant en Guinée, a été élu président du Conseil des Maliens de Guinée, le 03  avril 2016, et investi le 17 du même mois.  A peine installé dans ses fonctions, les adversités se font sentir à tort ou à raison contre lui. Pour avoir sa version par rapport à un article l’incriminant, publié dans la presse, la rédaction de mosaiqueguinee.com est allée à sa rencontre ce mercredi 29 juin 2016. A Kaloum où il nous a reçu, notre interlocuteur nous a aussi parlé des actions en cours et celles qu’il envisage pour l’organisation et le bien être de la diaspora malienne en Guinée.

Mosaiqueguinee.com: Il y a tout d’abord un article de presse qui a été largement publié ces derniers temps, mettant en cause votre légitimité, qu’est ce  ce que vous n’avez pas aimé dans cet article de presse ?

Mohamed Sidibé: Non, je ne réagis pas à cet article parce que c’est un article qui ne correspond pas à la réalité. Donc je n’ai pas de réaction par rapport à cet article. Parce que d’ores et déjà un article qui, à moins de deux mois parle de six mois d’exercice, je pense qu’il est en déphasage avec la réalité. Il parle d’élection controversée alors qu’il n’y a jamais eu de contestation en ce qui concerne l’élection qui a été  faite dans la plus grande transparence, les résultats ont été acceptés de toutes les parties. 

Mosaiqueguinee.com: Dans cet article, nos confrères parlent de Maliens qui auraient regretté leur choix, est-ce que vous pouvez nous rappeler les chiffres de cette élection ? 

Mohamed Sidibé: Pour la première fois il y a eu 1833 votants et j’ai eu 1058, soit 59,18% des voix exprimées. Donc je pense que ça été un plébiscite. Et je me dois de vous dire que nous sommes à notre deuxième mois. Après l’élection il y a les structures à mettre en place. Aujourd’hui nous avons déjà mis en place le bureau des Maliens de Kissidougou, le bureau des Maliens de Mandiana, le bureau des Maliens de Koundara. Les bureaux de Kankan, Labé, et de Kindia sont en cours, et Siguiri aussi sera programmé. Je pense qu’il faut mettre d’abord les structures en place et remettre les organisations sur scène avant de parler.  Quelque soit une élection, il faudra au moins attendre  un an, au minimum six mois, pour tirer le bilan. Nous n’avons même pas finis l’euphorie de l’investiture, et qu’on nous demande de bilan. Je pense que c’est trop demander. 

Mosaiqueguinee.com: Donc pour vous, il n’y a pas de contestation au sein de la communauté ? 

Mohamed Sidibé: Il n’y a pas eu de contestation, les résultats ont été largement acceptés par toute la communauté. Le vote a été transparent, fait dans des conditions  vraiment que tout le monde a appréciées. Tous les deux candidats, nous avons apprécié la démocratie,…, il n’y a jamais eu une lettre de contestation de qui que ce soit. Je crois que ceux qui se mettent dans cette logique cherchent à déstabiliser la communauté et je me dis même qu’ils n’ont aucun respect, aucun égard vis-à-vis de la volonté des Maliens. 

Mosaiqueguinee.com: Vous nous avez parlé de l’installation des bureaux au niveau de préfectures, est-ce qu’au delà, vous pouvez nous dire ce que vous envisagez pour la communauté au cours de votre mandat ?

Mamadou Sidibé: Bon, déjà j’ai tenu à faire les réunions statutaires du bureau. Désormais le bureau se réunit le dernier dimanche de chaque mois. Chaque année, il y a aura une assemblée générale de compte-rendu, il y aura un bilan. Au delà de ça, il y aura des actions en direction des femmes et des jeunes. Et tout cela, je pense que nous avons aussi d’autres projets. D’ores et déjà, nous avons reçu la visite du Premier ministre du Mali, nous avons participé au jumelage entre Conakry et Bamako.  Et ce samedi nous organisons une journée de prières pour la paix au Mali, pour la paix en Guinée, et pour la paix en Afrique. 

Mosaiqueguinee.com: Quelle est la taille de la communauté malienne en Guinée ? 

Mohamed Sidibé: La communauté malienne est estimée à dix mille (10.000) personnes. Il y a cinq mille (5000) qui sont régulièrement recensés à l’Ambassade du Mali. Je pense que les autres sont des saisonniers ou n’ont pas eu le temps de se recenser. Dans tous les cas les composantes de la communauté participent au fonctionnement du bureau, aux activités de la communauté.

Mosaiqueguinee.com: Est ce qu’on peut savoir le plus souvent dans quel cadre ils rencontrent des difficultés en Guinée ?

Mohamed Sidibé: Bon, présentement, il y a trois sortes de difficultés. Il y a celles liées à la situation de crise au Mali. Beaucoup de Maliens qui viennent ont des problèmes sur la route, des problèmes de contrôles. Ce qui est tout à fait normal, il faut les identifier avec le problème d’insécurité qui sévit en Afrique.  

Le second problème c’est que c’est l’une des communautés les plus pauvres. Nous avons tout le temps des gens à évacuer en direction Du pays.

Le troisieme problème c’est ceux qui sont en maille avec la justice, et ça, nous avons l’obligation  de les assister dans le respect des lois et des pouvoirs publics.

Mosaiqueguinee.com: Est-ce que vous avez un message à l’endroit de nos lecteurs, vos compatriotes  Maliens  en Guinée?

Mohamed SidibéC’est de demander aux Maliens de respecter les lois et les règlements du pays d’accueil. C’est de se comporter en digne fils du Mali. Un digne fils du Mali c’est celui qui a un bon voisinage avec les Guinéens, respecte les libertés individuelles et collectives.

Et je lance un appel aussi à l’ensemble de la communauté guinéenne, de considérer  les Maliens comme des frères, comme des Guinéens. Et cela conformément à l’accord d’établissement qui lie le Mali et la Guinée depuis 1964.

Interview réalisée par Thierno Amadou Camara

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top