A LA UNE

Enquête exclusive/Hadj 2016 : un scandale en perspective, du gré à gré non fortuit (Première partie)

Dioubaté Affaires religieusesDepuis l’annonce officielle du retour de la Guinée sur la liste des pays pouvant envoyer des pèlerins pour le hadj, notamment au compte de l’année 2016, beaucoup sont ceux qui se battent pour être au rendez-vous de cette grande opportunité.

Des esprits malins, tapis au secrétariat général des affaires religieuses, et leurs tentacules haut perchés ailleurs, pleins dans leurs manœuvres, cogitent sur le raccourci les menant à obtenir des marchés disponibles.

Il s’agit de la gestion du hadj 2016, un pactole intéressant qui se chiffre à des milliards de francs guinéens.

Voici  comment ils l’ont méticuleusement montée: Pour une raison de calendrier préjudiciable à la procédure de passation des marchés publics, le secrétariat général des affaires religieuses a sollicité à qui de droit (les marchés publics et le grand projet), une dérogation afin de leur permettre de faire un appel restreint.

En toute logique, conformément à la loi, dit-on, eu égard également à l’impérieuse nécessité, il leur a été accordé cette dérogation.

Alors, il fallait ouvrir l’appel d’offre à au minimum trois entreprises pour éviter le gré à gré. A la surprise du service des marchés publics, qui avait élaboré un DAO (document d’appel d’offres) à cet effet, les affaires religieuses ont recruté Dounia Voyage, pour des raisons qu’il faut rechercher dans leur volonté de se remplir les poches. Ceci, en complicité avec la primature où des réunions qui ont précédé ce choix, au cours desquelles tout aurait été décidé y ont été organisés.

Ces actes jugés peu orthodoxes et totalement contraires aux lois en vigueur, sont d’autant plus ahurissants quand c’est les religieux qui s’en rendent coupables.

Il faut préciser à ce niveau que le chef du département ne serait pas un bon exemple de bon gestionnaire, à cause de son passé peu reluisant.  Il avait été cité dans des dossiers de malversation. On était en 2007.

Aux dernières nouvelles, le service des marchés publics n’exclurait pas de saisir l’ARMP (Autorité de Régulation des Marchés Publics ) pour l’annulation dudit marché.

La prochaine fois, nous vous publierons, le rapport dressé par la PRMP (personne responsable des passation des marchés publics) au secrétariat des affaires religieuses.

Dossier à suivre !

L M Cissé

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top