gaoualL’affaire Ousmane Gaoual Diallo, du nom du député élu de l’UFDG serait une épine dans les pieds de sa formation politique dont sa libération caporalise toute autre démarche, et une opportunité pour le pouvoir de contraindre l’opposition à différer sa marche afin de donner une autre chance au dialogue inclusif.

De sources bien informées, depuis près de 24h, des volontaires se mettent au service d’une décrispation. Des rencontres informelles sont organisées entre les partis protagonistes afin de trouver des pistes de solution qui sont à cet effet clairement évoquées, dont l’annulation des manifestations par l’opposition et la reprise du dialogue dès la semaine prochaine.

La condition non négociable qui aurait été alors posée par L’UFDG, serait la libération immédiate de Ousmane Gaoual. Cette proposition du principal parti de l’opposition touchée par la procédure judiciaire en cours, ne pourrait être rédhibitoire d’une quelconque velléité du camp d’en face.

Mais quel sera l’argument qui devrait soutenir l’abandon par la justice des charges énormes contre Ousmane Gaoual ? A cette question, des facilitateurs pour le rapprochement des positions des deux parties ne manquent pas d’arguments : « la justice est faite pour rétablir l’ordre social, maintenir le climat de paix et de sérénité, si on peut les faire autrement je pense que ce n’est pas du tout mauvais» se fondent-ils pour justifier leurs démarches.

ML Cissé

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top