A LA UNE

Manifestations politiques : la société civile annonce une mesure de taille

manifLa société civile guinéenne ne veut plus se faire compter le déroulement des manifestations politiques en Guinée. Et pour commencer, selon nos informations, elle envisage un déploiement d’observateurs lors de la prochaine marche de l’opposition dite républicaine, qui devrait se tenir à Conakry le 16 août sur l’autoroute Fidel castro.  Cette annonce a été faite ce mardi 09 août 2016, au cours d’une rencontre tenue dans la capitale guinéenne.

Depuis la première manifestation politique sous le régime d’Alpha Condé, celle qui marquait le grand retour de Cellou Dalein Diallo après les présidentielles de 2010, au cours de laquelle d’ailleurs l’UFDG a perdu le jeune Djakariaou, considéré comme étant la première victime d’une répression policière du régime en place, les manifestations appelées par l’opposition finissent souvent  par la violence qui se traduit par des scènes de pillage et des cas de mort d’homme.  A chaque manifestation « violente » le gouvernement et l’opposition  donnent des chiffrent contradictoires.

L’objectif recherché par la société civile en envoyant des des observateurs vivre les manifestations politiques, est de permettre à la permettre  de pouvoir témoigner de ce qui pourrait se passer en se basant sur des éléments rapportés par des personnes qu’elles déploient sur le terrain à cet effet.

Thierno Amadou Camara

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. IBK

    10 août 2016 at 0 h 17 min

    Ah, la Guinée des Guinéens de ceux qui ont trop bu l’eau du PDG! Les belles phrases et les expressions contradictoires dans la pratique les séduits par les rimes ou mots grandiloquents.
    De nombreuses personnes et entités de la république appellent de façon démagogique pour moi au « dialogue » (pourparlers et bavardages en réalité, de facto).
    Surtout l’expression évidente que tout conflit fini autour d’une table (sauf défaite totale ou mort de l’autre partie). C’est une Lapalissade!
    Ce qui me déçoit et m’afflige et qui me fait dire que ces Guinéens sont de vrais démagogues, c’est que ces personne « pro-dialogue » ne mentionnent pas les raisons qui opposent l’opposition et le gouvernement. Les raisons évoquées par l’opposition, sont-elles futiles? Ces raisons sont fausses? Ces raisons sont-elles illégitimes ou illégales? Les « pro-dialogues » ont-ils eu le cou-rage de l’Homme juste de passer en revue d’abord les griefs des mécontents pour voir s’il y a une vraie justification de mécontentement? Comment peut-on appeler au « dialogue » lorsque les conclusions d’un premier sont reniées par ceux-là mêmes qui ont apposé leurs signatures et se parjurent devant nous tous, la Communauté internationale comprise?
    On ne dialogue avec des gens sans scrupules et sans foi ni loi! Il faut l’épreuve de force coercitive pour soumettre ce gouvernement qui ne respecte pas le minimum que requiert la constitution comme la déclaration de leurs biens. Cela dit tout sur ce gouvernement !
    Il faut qu’en Guinée les personnes censées être d’autorité et les entités sociales et républicaines aient le courage de l’Homme juste; et ne craindre et ne rechercher que les faveurs du Bon Dieu! Pas d’un mortel fût-il le PRG ! C’est la plaie de la Guinée dont personne n’ose parler et dénoncer, hélas, en Guinée. Il faut avoir sa conscience pour soi et ne rechercher que les faveurs de Dieu et non celles du pouvoir!
    Le dialogue n’a de but que s’il conduit à une résolution équitable et durable; et non un jeu d’attrape-nigauds! Ceux qui appellent au dialogue doivent d’abord rappeler courageusement au gouvernement que leur signature doit avoir une valeur et les engagent. Ils doivent avoir du respect pour les Guinéens! Le jour où nos autorités et entités religieuses et sociales auront le courage de dire leur vérité au pouvoir, la Guinée deviendra une nation de paix et prospérité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top