Actualités

Alliance Minière Responsable : Déjà une année d’engagement pour la construction d’un Projet Minier socialement intégré

La Société Alliance Minière Responsable (« AMR » ou « la Société ») va bientôt fêter sa première année d’installation dans la Préfecture de Boké, une année de travail intensif dans le développement industriel de son projet d’exploitation de la bauxite, une année également d’engagement ferme à œuvrer dans la transparence et de manière intégrée avec les communautés locales. 

De par la dimension « Responsable » que porte son nom, la Société a inscrit comme priorités plusieurs initiatives d’intégration portant à la fois sur les aspects de formation, de rayonnement culturel et de développement socio-économique local.

Parce que le développement des compétences locales est un moteur majeur de l’économie de la Guinée de demain, AMR a porté un premier point d’attention particulier au soutien des formations guinéennes existantes. 

C’est dans ce contexte qu’ont été signés – dès l’arrivée de la Société à Boké – des accords de partenariat avec l’Institut Supérieur des Mines et Géologie de Boké (« ISMBG ») et le Centre de Formation Professionnel (CFP) de Boké. Ces partenariats permettent l’accueil de stagiaires (à la fois élèves et formateurs), l’enseignement de cours par des cadres d’AMR, la formation du corps professoral, de même que le prêt de matériel pédagogique. 

Ce fut ainsi un grand honneur pour la Société que de recevoir en juillet 2016 de l’Institut Supérieur des Mines et Géologie de Boké (ISMGB) quatre certificats de satisfécits décernés à des salariés et collaborateurs d’AMR pour leur contribution au sein de cet établissement au cours de l’année académique 2015-2016.  

A l’occasion d’un stage de formation sur le terrain organisé à l’intention des formateurs de l’ISMG le 02 février 2016, M. Mohammed Boundou Camara, Directeur Général Adjoint déclarait que ce partenariat représentait pour l’Ecole une réelle opportunité « d’améliorer nos cours théoriques et pratiques au bénéfice de nos étudiants ».

Parmi les axes d’intégration locale, la promotion et le développement de la culture régionale prennent une place de toute importance au regard du rôle culturel de mémoire, d’identité et de créativité vis-à-vis de la région et de ses habitants. 

Dans ce sens, le Musée de Boké, haut lieu historique ouest africain et gardien des arts et traditions vernaculaires, possède un fort potentiel de développement et de rayonnement national et international. Le Musée de Boké souffre cependant d’un manque de moyens (humain et matériel) qui entrave d’une part la conservation de l’existant et d’autre part la dynamique de valorisation de tout son potentiel.  

Face à un premier constat de déficit d’entretien ménager, AMR a ainsi mis à la disposition du Musée de Boké son personnel en vue d’effectuer une remise en état de propreté du bâtiment principal abritant le Musée. 

Il s’agit également d’étudier la possibilité de redynamiser le Musée de Boké en l’intégrant dans une dynamique événementielle et multiculturelle à laquelle la jeunesse prendrait pleinement part. 

C’est dans ce contexte que des contacts ont été initiés avec le Petit Musée de Conakry dont les activités et la stratégie culturelles pourraient servir de modèle et une première rencontre entre la Directrice du Petit Musée et le Conservateur du Musée de Boké s’est tenue en juin 2016.

La Société s’est également montrée très  proactive dans les initiatives de développement local comme peut l’attester la remise d’un autre certificat de satisfecit  par le Conseil Préfectoral du Développement à l’issue de leur première session ordinaire qui s’est tenue du 27 au 29 mai 2016 et à laquelle AMR a contribué. 

Les enjeux d’intégration sociale des projets miniers constituent une thématique chère à la Société et ce ne fut pas un hasard que de voir AMR afficher sa volonté d’implication aux différents programmes  et projets en cours sur cette thématique, parmi lesquels nécessitent d’être cités :  l’Initiative pour le Développement Minier Responsable (IDMR) lancée par le Ministère des Mines et de la Géologie en juin 2016 sur financement de la Banque Mondiale ;  l’initiative de la GIZ (Coopération Allemande) visant, au travers de la Chambre des Mines, à créer une plateforme d’échanges et de débats entre les trois pôles parties prenantes de l’industrie minière, à savoir les société minières, l’Etat et la Société Civile ; le projet d’Appui à l’Amélioration de la Gouvernance des Redevances Minières (AGREM) supervisé par le Programme des Nations Unis pour le Développement en partenariat avec Charente-Maritime Coopération et destiné aux préfectures de Boffa et de Boké. Moussa Thiam, Responsable Environnemental et Social d’AMR confiait au sortir d’une table ronde organisée par la GIZ le 28 juillet 2016 que « cette initiative est très importante pour nous en tant qu’acteurs miniers parce qu’elle offre des orientations utiles pour nous permettre de mieux développer nos stratégies d’intégration avec les communautés et les autorités locales ».

C’est ainsi avec une volonté de construire un projet minier socialement robuste, qu’AMR s’apprête à déposer une demande de permis d’exploitation auprès des autorités guinéennes.
Service de Communication

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top