Actualités

Aboubacar Danfakha prend-il part à une organisation criminelle ?

afonsoLe dirigeant d’une jeune société minière victime d’une organisation criminelle en Guinée, dans ce qu’il faut désormais appeler l’affaire « Aboubacar Danfakha ».

Inquiétant, selon des sources variées, un véritable réseau criminel est à l’œuvre contre le dirigeant d’une jeune société minière nouvellement installée en Guinée, spécialisée dans le minerai de Bauxite.

Les représentants crapuleux de ce trafic font actuellement le tour des rédactions de quotidiens, de radios et de sites internet, proposant de l’argent pour produire et relayer de fausses informations concernant Monsieur Romain Girbal.

Non contents de leurs manigances, ces criminels menaceraient les journalistes et patrons de Presse qui ne se plieraient pas à cette transaction illégale. Bien des journalistes ont déjà été intimidés et ont choisi d’obtempérer, mais certains auraient aussi témoigné auprès de leurs confrères journalistes français.

Ces barbouzes feraient déjà l’objet d’une enquête. On parle d’importantes sommes d’argent échangées pour nuire à Monsieur Romain Girbal. Nous sommes dès lors en présence d’une grave crise liant la Presse aux affaires, qui ne devrait pas laisser de marbre le peuple et ses magistrats.

Les origines de l’affaire remontent à l’année 2015. Rappelons les faits.

D’après Guinée 7, en décembre 2015, les autorités guinéennes s’intéressaient de près aux  agissements de Monsieur Aboubacar Danfakha, personnage inquiétant, revendiquant la paternité d’un projet minier – « qui lui est totalement étranger ». Toujours selon ce média, Monsieur Aboubacar Danfakha devait déjà être débouté par la justice lors d’une précédente affaire contre Monsieur Romain Girbal, victime aujourd’hui. Monsieur Aboubacar Danfakha alias « Bouba » est donc ce qu’on appelle un spécialiste des affaires de « briques creuses », comme on aime à nommer les dossiers vides transmis à la justice, pour ralentir ou spolier un projet de développement économique.

Monsieur Aboubacar Danfakha cherche une fois de plus à s’approprier le bien d’autrui par voie de justice.

Celui qui aime à rappeler son titre de vice-président du patronat local n’est pas inconnu du grand public, même si, en vérité, son mouvement ne représente que 5% des dirigeants -, et encore, faudrait-il mettre en doute ce nombre, tant certains journaux en ligne (1) indiquaient récemment dans leurs colonnes que :

– « Monsieur Aboubacar Danfakha est à bien des égards un personnage atypique d’un roman qui pourrait s’intituler : «mythomane et mégalomane sous les tropiques ».

C’est dire toute la crédibilité accordée aux propos de Monsieur Aboubacar Danfakha par nos confrères journalistes, lorsqu’il affirme à qui veut bien l’entendre, qu’il est la victime imaginaire d’un affairiste blanc.

Guinée 7 mentionnait judicieusement les propos suivants dans son article (1), que nous reprenons en substance :

Monsieur Aboubacar Danfakha n’a jamais eu à discuter d’une quelconque question minière avec Monsieur Romain Girbal pendant sa collaboration dans TIFA-Guinée. Monsieur Aboubacar Danfakha accuse pourtant injustement Monsieur Romain Girbal d’abus de biens sociaux, mais la loi dit bien que seuls un actionnaire ou un dirigeant d’une société peuvent être accusés de ce délit. Or Monsieur Romain Girbal ne disposait que d’un mandat de son père Jean-Louis Girbal, co-gérant dans TIFA-Guinée, aux fins de le représenter, si sa signature était requise.

C’est donc bien à Monsieur Aboubacar Danfakha que revient d’établir la preuve qu’un contrat de travail liait Monsieur Romain Girbal et TIFA-Guinée en tant que Directeur commercial tel qu’il le proclame dans les médias ; soit sous la forme d’un contrat de travail, soit sous la forme d’une copie d’un compte rendu d’Assemblée générale de TIFA-Guinée, ayant nommé Monsieur Romain Girbal comme Directeur commercial de la société.

Au lieu de faire perdre son temps au tribunal, ce que Monsieur Aboubacar Danfakha devrait surtout révéler, c’est qu’il a pour associé au sein de TIFA-Guinée un actionnaire condamné par la justice française : Monsieur Fernando Afonso.

Monsieur Fernando Alfonso est un ressortissant franco-portugais – ayant déjà été condamné par la justice française. Ce dernier a vu sa société de sécurité mise en liquidation le 29 juin 2015, comme Guinée 7 l’indiquait dans son article (1). Ce même média nous donnait aussi à lire que : Monsieur Aboubacar Danfakha et Monsieur Fernando Afonso ont éjecté Monsieur Jean-Louis GIRBAL (père de Monsieur Romain Girbal) de TIFA-Guinée à leur seul profit, ce dernier en ayant d’ailleurs subi les effets malheureux sur sa santé (une crise cardiaque et un triple pontage coronarien).

Il n’est ainsi pas réellement complexe pour le lecteur de conclure :  Monsieur Aboubacar Danfakha et Monsieur Fernando Afonso ont déjà procédé à ce type de pression avec le père Girbal, ils veulent reproduire la même chose avec le fils. Mais Romain Girbal n’entend pas se laisser faire, qui pourrait l’en blâmer ?

Monsieur Aboubacar Danfakha n’ayant absolument aucun lien avec Dian Dian Bauxite Investment, pourquoi s’y intéresse-t-il tant, criant au scandale, et accusant Monsieur Romain Girbal qui en est le Directeur général ?

Il y a sérieusement lieu de douter du sérieux des revendications de Monsieur Aboubacar Danfakha lorsqu’il affirme être actionnaire dans cette société. Un journaliste mentionnait déjà : « la société Diandian Bauxite, effectivement Monsieur Danfakha n’est pas actionnaire, ni lié à cette société ».

Lors de ses attaques contre Monsieur Romain Girbal, Monsieur Aboubacar Danfakha aurait aussi produit un faux document sous la forme d’une convention falsifiée et signée entre lui et un certain démarcheur nommé Monsieur Mamadi Camara, affirmant que le 9 mai 2012, ils ont convenu que tout projet minier que ce Monsieur Mamadi Camara ramènerait serait la propriété de TIFA-Guinée, incluant Dian Dian Bauxite (pas encore créée à l’époque). Alors qu’à cette même date il n’y avait aucun permis de libre dans cette zone.

La pièce de Monsieur Aboubacar Danfakha était un faux grossier.

En effet, ce n’est qu’à partir de février 2013, après le fameux audit des permis miniers de KPMG commandé par l’État Guinéen, que Dian Dian Bauxite Investment (créée le 13 mars 2013) a pu se positionner, selon les procédures du Code minier pour l’obtention d’un permis bauxitique dans cette zone, permis obtenu fin décembre 2013.

En 2015 déjà, Monsieur Fernando Afonso, détenteur d’un casier judiciaire en France, été cité dans un article de Guinée 7 (1) comme étant à l’origine des attaques contre Monsieur Romain Girbal.

Monsieur Aboubacar Danfakha évoquait un certain Jeremy, notamment dans une édition des Grandes Gueules sur Espace FM, ce monsieur serait son associé dans TIFA-Guinée. Or, le seul associé qu’il pouvait avoir était Monsieur Fernando Afonso. Guinée 7 mentionnait encore (1) : Il est évident qu’il couvre et tait le véritable nom de ce monsieur qui est en fait à l’origine de toutes ces attaques aux fins de tordre le bras aux investisseurs (qu’il croit riches à millions) de Monsieur Romain Girbal, en salissant leur nom dans les médias ici. Déjà, comment il peut dire dans certains médias que son associé s’appelle Jeremy et dans d’autres : Monsieur Fernando Afonso ? C’est lui qui manipule tout à partir de la France où il vient de perdre sa société de sécurité qui a été mise en liquidation. Il a besoin d’argent.

Dramane Bérété,

Citoyen guinéen

 

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top