Actualités

Fusillade à Bambeto : Voici ce qui s’est réellement passé selon un responsable de l’UFDG

FB_IMG_1471428275023

Alpha Boubacar Bah

ParAlpha Boubacar Bah– CE QUI S’EST REELLEMENT PASSE A BAMBETO

Je vous adresse ce papier pour vous relater les faits tels qu’ils se sont déroulés hier mardi 16 Août 2016, après la manifestation pacifique réussie de l’Opposition Républicaine.

Au retour, Cellou Dalein Diallo et tous les autres leaders ont comme convenu décidé de raccompagner leurs militants afin de continuer à les sensibiliser et les canaliser et pour éviter tout débordement sur le chemin de retour. Ainsi les leaders iront jusqu’à la minière avant de rebrousser chemin avec la consigne de ne point provoquer ou répondre à aucune provocation.

Tout s’est bien déroulé jusqu’à l’arrivée de la colonne au niveau du lieu appelé « Magasin » un peu avant la mosquée de Bambéto. Là, un certain Diabaté, commandant de la CMIS de Bambéto dit-on, accompagné de ses éléments, avaient érigé un barrage à l’aide de pick-up et de camions sur toutes les deux voies de la route. Tout a été fait pour que ces policiers libèrent la route afin de permettre aux citoyens de rentrer tranquillement chez eux, Diabaté et ses éléments ont refusé sous prétexte que la manifestation était autorisée seulement jusqu’à 15h et il était à peu près 17h.

Technologie aidante, de nombreux jeunes et autres riverains décidèrent de filmer l’évènement, c’est ainsi que les policiers qui opéraient dans l’illégalité se sont mis à tirer. Le jeune Thierno Hamidou Diallo, marchand de son état d’une vingtaine d’années est abattu du balcon de son appartement situé au 3eme étage. Un autre, Elhadj Telly Oury Diallo est lui atteint d’une balle au cou alors qu’il était sur sa moto, il s’est réveillé de son coma tard dans la nuit. Une femme et son bébé ont eux aussi été atteint par les balles de nos policiers, leurs vies ne sont pas en danger heureusement.

Maladho Diallo, administrateur et trésorier de l’UFDG qui était sur place décide d’embarquer et de transporter les blessés au centre médical mère et enfants, nos policiers lui refusent le passage tout en lui menaçant par les armes, il a fallu le courage du jeune cadre de l’UFDG pour s’affranchir des éléments de la CMIS prêts à en découdre. Peu après, le député uninominal de Ratoma, Hon Aliou Bah accompagné de Mr Koundouno Président du Balai Citoyen, rebrousse chemin et arrive à Bambéto.

Aidé par les agents de la société civile, il fera tout pour que Diabaté et ses éléments dégagent la route pour permettre à leurs concitoyens de regagner leurs domiciles respectifs, en vin. Hon Aliou Bah et Koundouno décident alors de se rendre à la Brigade de Gendarmerie de Kipé centre émetteur pour rencontrer le Colonel Balla Samoura et lui tenir informé des agissements de Diabaté. Samoura n’étant pas sur place, il leur demande tout de même de rencontrer le commandant de la Brigade de recherche qui prendra leurs dépositions tout en avouant son impuissance face à la situation.

A son tour, Hon Mouctar Diallo, Président des NFD qui rentrait tranquillement à son domicile après une marche réussie « sans incidents », fut appelé et informé des incidents crées par le blocus imposé par les éléments de Diabaté à Bambéto. Il reprend alors la direction de Bambéto, arrivé sur place, il entame une négociation avec les policiers en leur tête Diabaté qui lui arguent que les instructions viendraient de la hiérarchie. Ainsi, Mouctar Diallo, appelle le Colonel Bafoe qui nie avoir donné de telles instructions avant de signifier au jeune député sa crainte de débordements et d’affrontements entre les heures qui venaient de perdre un des leurs et les policiers.

Mouctar Diallo se concerte avec les jeunes, ces derniers sont d’accord de ne rien faire si le passage est dégagé, il rappelle le Colonel Bafoé pour lui tenir informé. Le Colonel prend le soin de passer le téléphone au Ministre de la Sécurité et celui de l’administration du territoire, qui à leurs tours nient avoir donné des instructions de ce genre, déplorent les victimes avant de promettre une enquête. Inquiets, les ministres exigeront du Président des NFD la garantie qu’il n’y aura pas de représailles ou d’affrontements entre jeunes et policiers, ce que Mouctar Diallo donnera. C’est après ces échanges entre le député et les autorités que Diabaté et ses éléments débloquent la route pour laisser passer les manifestants.

Aux dernières nouvelles, le ministre de la sécurité en personne a fait une déclaration télévisée, pour annoncer l’arrestation d’un certain Kally Diallo qui serait auteur du tir mortel. Nous espérons que ce ne sera pas une simple annonce et que ce criminel sera bien traduit à la justice afin de servir d’exemple pour les autres.

Alpha Boubacar Bah, Cellule de Communication de l’UFDG

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top