A LA UNE

Tibou Camara, La CENI, Les Elections communales, Les vendeurs d’illusions…Fodé Oussou Fofana à cœur ouvert (Interview)

fode-oussou-mosaiqueguinee-com

H. Fodé Oussou Fofana accordant une interview à un journaliste de mosaiqueguinee.com

Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, et Président du groupe parlementaire des Libéraux Démocrates, à travers cette interview qu’il nous a accordée à son domicile situé dans la commune de Matoto ce dimanche 18 septembre 2016, énumère deux raisons de douter de la sincérité d’Alpha Condé par rapport à l’ouverture d’un dialogue franc, et nous parle de Tibou Camara, de la CENI, des préparatifs des communales à l’UFDG tout en martelant qu’à ces élections locales, contrairement aux législatives, l’UFDG ne remorquera aucun autre parti, ça sera du chacun pour soi, Dieu pour tous.

Lisez !

 Mosaiqueguinee.com : Depuis la rencontre Alpha-Cellou, on a l’impression qu’on tarde à ouvrir ce fameux dialogue tant attendu, comment expliquez-vous cet état de fait ?

Fodé Oussou : Je pense que l’opposition républicaine a déjà prouvé sa bonne foi d’aller à un dialogue sincère avec le gouvernement pour trouver des solutions à tous les problèmes qui se posent. Nous n’avons pas été souvent écoutés. Et vous savez que chaque fois qu’il y a eu un dialogue, des accords ont été signés mais aucun accord n’a été respecté.

A partir de cet instant, nous avons commencé nos démarches par des villes mortes pour attirer l’attention du gouvernement, pour les inviter à ouvrir le dialogue, mais aussi pour dénoncer la misère et la précarité dans laquelle ce pays se trouve. Notamment, le prix du carburant, l’augmentation de la TVA avec les conséquences sur les prix des produits de première nécessité pour la population guinéenne.

Nous avons expliqué tous ces problèmes, mais le gouvernement faisait un peu la sourde oreille. Bref il y a eu la manifestation du 16 août. Avant cette manifestation le gouvernement, la aussi, pensait, parce que beaucoup de personnes leur fonds de commerce c’était d’aller dire à Monsieur Alpha Condé que l’opposition n’existait plus et que Cellou Dalein ne pouvait plus mobiliser…

Mosaiqueguinee.com : De qui parlez-vous, de Bantama ?

Fodé Oussou : Non, pas que Bantama seulement, c’est-à-dire des gens qui ont pour fonds de commerce et pour objectif de prouver à Monsieur Alpha Condé qu’ils sont capables de détruire l’UFDG. Vous savez qu’il faut le reconnaître, Monsieur Alpha Condé a dépensé beaucoup d’argent depuis qu’il est au pouvoir, pour en finir avec l’UFDG. Il a d’abord débauché des vice-présidents, certains hauts responsables, certains proches amis de Cellou Dalein qu’ils a nommés, il a débauché même au niveau de sa famille avec pour objectif de détruire l’UFDG.

Mosaiqueguinee.com : Vous rejoignez alors le chef de l’Etat qui parlait de vendeurs d’illusions, mais est ce qu’il n’y aurait pas de vendeurs d’illusions au sein de l’opposition aussi ?

Fodé Oussou : Honnêtement non ! Parce qu’à l’opposition il n’y a pas de postes ministériels, pas d’argent à partager ni de marchés qu’on donne. Il est plus facile que les gens quittent l’opposition pour le pouvoir que l’inverse. Cela veut dire que ceux qui quittent le pouvoir pour rejoindre l’opposition sont des gens de conviction qui ne s’entendent plus avec Monsieur Alpha Condé.

J’étais entrain d’expliquer que Monsieur Alpha Condé croyait fermement à ces vendeurs d’illusions. Même la manifestation du 16 août, je suis convaincu que pour lui, il n’y avait aucun moyen pour Celou et ses pairs de pouvoir mobiliser, mais les résultats du 16 août ont pesé certainement dans la balance pour qu’il ait la rencontre entre lui et Elhadj Cellou au palais. Je dirais qu’il y a certaines personnes qui ont certainement eu le courage d’aller voir Monsieur Alpha Condé pour lui dire « tu es obligé de composer avec Cellou, de dialoguer avec lui, de discuter avec ton opposition », mais la manifestation du 16 août, comme l’a dit l’Ambassadeur des Etats unis, a été un élément important à l’origine de cette rencontre. Pour la première fois, au sortir de cette rencontre, ce n’est pas Cellou Dalein seulement qui s’est exprimé, mais Monsieur Alpha Condé aussi s’est exprimé publiquement devant le peuple de Guinée et a pris des engagements. D’abord de faire respecter les accords antérieurs, il s’est engagé en disant qu’il allait demander à toutes les Institutions de jouer véritablement leur rôle. A partir de cet instant, pour nous, la balle est dans son camp.

Mosaiqueguinee.com : Alors comprenez-vous le retard de l’ouverture de ce dialogue ?

Fodé Oussou : Nous commençons à avoir des doutes. Le premier doute c’est le chronogramme donné par la CENI. Nous ne parlons pas de la date [18 décembre] ni du fond, nous parlons de la forme.

Après la rencontre entre Cellou et Alpha, la CENI ne peut pas donner ce chronogramme si elle n’avait pas envie de désavouer le chef de l’Etat, elle devait attendre qu’on vienne au niveau du dialogue et qu’elle nous explique les problèmes, nous expliquer pourquoi on ne peut pas organiser les élections de quartier, pourquoi on va commencer par les communales, nous donner les bonnes raisons. Est-ce que Monsieur Alpha Condé est en connivence ou pas avec la CENI ? Est-ce que Bakary (Président de la CENI ndlr) ose donner cette date sans en parler à Alpha ? Je n’en sais rien, mais beaucoup de personnes pensent que Monsieur Alpha Condé n’est pas un homme respectueux des engagements qu’il prend.

Mosaiqueguinee.com : Quel est le second doute ?

Fodé Oussou : Au lieu d’inviter le Ministre de l’Administration du Territoire à inviter les membres du gouvernent à ouvrir le dialogue, Monsieur Alpha Condé continue de faire de la Présidence un lieu de rencontre. Il a envie de rencontrer tout le monde, c’est son droit, mais aujourd’hui nous sommes le 18 septembre et personne ne peux vous dire quant-est ce que le dialogue va s’ouvrir.

Mosaiqueguinee.com : Nous avons écouté un leader démontrer que Tibou Camara, étant plus proche d’Alpha que de Cellou, serait plutôt préoccupé à rendre service à son ami Président, qu’à jouer véritablement pour un apaisement. Est-ce que vous croyez au jeu de Tibou ?

Fodé Oussou : Honnêtement, moi j’ai confiance à Tibou. Il n’a rien à chercher.

Mosaiqueguinee.com : Ah bon, vous en avez l’assurance ?

Fodé Oussou : Moi je pense que Tibou est plutôt un homme honnête et sincère. Je pense que c’est l’un des rares Guinéens, capables de s’arrêter devant Alpha lui dire la vérité et en faire de même face à Cellou Dalein.

Tibou a joué pour cette rencontre et la manifestation du 16 a prouvé à Alpha que tout ce qu’on lui racontait concernant Cellou Dalein, n’est pas juste. Moi j’ai confiance à Tibou, il ne fera pas ça pour avoir de l’argent ou un poste de Ministre.

Mosaiqueguinee.com : Alors dites-nous comment l’UFDG prépare les communales ?

Fodé Oussou : Nous avons dit hier que ces élections sont des élections de proximité, qui ont une importance pour nous. Je pense qu’on crée un parti politique c’est pour aller aux élections. Il faut que tous les partis participent, il reste entendu que dans la composition des communes, on verra quel est le poids de chaque parti. C’est pour cela que nous avons dit que c’est chacun pour soit, Dieu pour tous.

Mosaiqueguinee.com : Mais en le disant, n’êtes-vous pas entrain d’effrayer les NFD de Mouctar et l’UFC de Sylla, qui doivent leurs deux sièges à l’Assemblée à l’UFDG, et qui pourraient vouloir être remorqués une deuxième fois par l’UFDG ?

H.Fodé Oussou : Nous avons un respect pour tous les partis, nous avons eu des alliances aux législatives avec certains, nous avons fait la démarche, le combat ensemble, nous connaissons ces partis mais ces élections de proximité, nous considérons que tous les partis politiques ont le droit d’y aller. Chacun ira défendre son parti, l’UFDG ira défendre son parti.

Mosaiqueguinee.com : Certains responsables du parti comme Madame Yarie Biriki, qui ont claqué la porte, s’étaient plaint d’être marginalisés  sur votre liste nationale aux législatives de 2013, est ce que cette fois vous rassurez ceux qui ont mouillé le maillot qu’ils ne seront pas mis à l’écart ?

Fodé Oussou : Quelque soit la liste que vous allez faire, quand vous allez à une élection comme l’élection législative, vous ne pouvez pas mettre tout le monde sur la liste nationale. Nous présentons 75 personnes, évidement on ne peut pas mettre tout le monde premier ou deuxième. A mon humble avis, si sur des milliers de militants, vous êtes parmi les 75, que vous soyez élus ou pas, ça veut dire que vous comptez pour le parti.

Nous avons toujours travaillé conformément aux règles et aux principes. A l’UFDG ce n’est pas une personne qui décide.Nous faisons une consultation élégie. Quant nous étions entrain de faire la liste aux législatives, nous avons fait appel même aux fédérations pour designer les candidats. Aujourd’hui nous avons une commission électorale qui doit pouvoir travailler dégager les critères de choix des candidats.

Mosaiqueguinee.com : Est-ce que l’UFDG pourra avoir deux communes sur cinq à Conakry ?

Fodé Oussou : Nous voulons toutes les cinq communes.

Mosaiqueguinee.com : Comment arracher Kaloum des mains de l’UFR ?

Fodé Oussou : Moi je penne que ces élections constituent un test, on fait trop de théorie. Je suis entièrement d’accord avec ceux qui pensent qu’il n’y a pas de fief particulier. Si quelqu’un dit on peut battre l’UFDG à Ratoma, moi je ne fais pas de commentaire par rapport à ça. Aucune commune n’appartient à un parti, ça dépend des rapports de force et ces rapports de force peuvent changer d’un moment à un autre. Il y a quelques temps l’UFDG ne pouvait même pas avoir un comité de base à Kaloun aujourd’hui les données ont complètement changé. Si on s’organise bien, il n’y a de raison qu’on n’ait pas les cinq communes.

En Basse côte, il y a beaucoup de villes notamment Boké et Kindia, où la compétition va se faire. Nous avons toujours gagné à Kindia, mais nous voulons la majorité des communes en Basse côte.

Mosaiqueguinee.com : Présenterez-vous des candidats à Siguiri ?

Fodé Oussou : Nous allons présenter partout ! Nous sommes la deuxième force politique à Siguiri, pourquoi pas à Siguiri ? Là où nous ne pourrons pas présenter des candidats, on le dira et à partir de cet instant, on verra avec certains partis de l’opposition républicaine qui sont sur le terrain en Haute Guinée et en Forêt. Dans ces deux régions, on pourra certainement négocier.

En Basse Guinée, en Moyenne Guinée, les 90% des communes de la Haute Guinée, de la Forêt, croyez-moi, nous allons présenter nos candidats. N’oubliez pas qu’en Basse côte, tous résultats confondus, nous sommes premier en Basse côte, premier en Moyenne Guinée, deuxième en Haute Guinée et sommes parmi les trois premiers en Forêt. C’est-à-dire qu’aucun parti n’est mieux implanté que l’UFDG. C’est par ce travail que Cellou Dalein a commencé, c’est ce qui fait de l’UFDG aujourd’hui le plus grand parti du pays.

Mosaiqueguinee.com : Nous sommes au terme de cet entretien, mais avant, nous vous demandons de vous adresser à nos lecteurs, à vos militants notamment.

Fodé Oussou : Je voudrais d’abord rassurer nos militants, leur dire que nous sommes vigilants, nous continuons le combat. Je voudrais vraiment demander au Président Alpha Condé de ne pas donner raison à la majorité de Guinéens qui pensent qu’il ne respecte pas ses engagements, ceux qui pensent que c’est un fin politicien qui cherche toujours à rouler ses adversaires dans la farine.

J’espère qu’il va ouvrir le dialogue, on va commencer à mettre en application les accords passés, regarder comment organiser les élections communales et communautaires. Je pense que s’il est d’accord pour ce dialogue, il faut qu’il dise un mot par rapport au comportement de la CENI qui donne la date des élections sans se concerter avec les partis politiques, parce que c’est un désaveu vis-à-vis de sa propre personne en tant que chef de l’Etat.

Interview réalisée par Thierno Amadou M’bonet Camara

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top