A LA UNE

Cas des écoles CITADELLE: « La Guinée n’a eu aucune pression », jurent le Ministre de l’Enseignement pré-universitaire et le Porte-parole du gouvernement (Explications)

img_20161018_145218

De g à d Les Ministres Damantang Camara, Abdoulaye Yéro Baldé et Ibrahima Kourouma

Au cours d’une conférence de presse animée mardi soir par le Ministre en charge de l’Enseignement supérieur, en compagnie de ses pairs de l’Enseignement technique et du Pré-universitaire,  un journaliste a interpellé  le chef du département Enseignement préuniversitaire,  Ibrahima Kourouma, sur l’indépendance de la Guinée vis-à-vis des autorités Turques dans la gestion du cas des écoles CITADELLE. Ces établissements scolaires sont dans le viseur de l’Etat Turc depuis le fameux coup d’Etat manqué contre le Président Erdogan qui estime que ces écoles appartiendraient à son principal opposant accusé de perpétrer le coups manqué.

« Je tiens à préciser que la Guinée n’a eu aucune pression. Nous sommes un pays indépendant. Je ne vois pas qui va faire pression sur le Président de la République pour dire ça ou ça, quelque soit l’Etat face auquel nous sommes « , a déclaré Ibrahima Kourouma.

« Puisque ceux qui gèrent l’école la CITADELLE sont des Turcs, s’il y a des observations vis-à-vis d’eux, en tant qu’Etat souverain, nous avons l’obligation de  vérifier de manière à savoir ce qui se passe, pour prendre des dispositions. C’est ce que nous avons fait, et hier (Lundi NDLR) nous avons signé un protocole d’entente pour que les écoles CITADELLE rouvrent mais cette fois-ci,  avec une nouvelle fondation. Les écoles CITADELLE s’appelleront désormais Les écoles Marif Turco-guinéenne. Je tiens à préciser que tous les enseignants qui y étaient vont continuer à donner des cours, tout le personnel va rester. Ce qui va changer, c’est la direction « , a-t-il ajouté.

Le Ministre de l’Enseignement technique, Albert Damantang Camara, par ailleurs porte-parole du Gouvernement, n’a pu rester sans appuyer son collègue Kourouma. « Tout  ce qui a été pris comme décision concernant les écoles CITADELLE, a été fait en prenant en compte les intérêts de notre pays sans mettre en danger l’éducation de ceux qui suivent les cours dans ces écoles », a déclaré Albert Damantang Camara.

Selon nos informations, le gouvernement sénégalais, contrairement aux autorités guinéennes, n’a même pas tiré assez lontemps avec les autorités Turcs. Dans ce pays dirigé par Macky Sall, cette volonté d’Erdogan consistant à  faire fermer ces écoles, a été simplement réjétée.

Thierno Amadou M’bonet Camara

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. Pingback: Guinée: Réouverture des écoles " Citadelle ", mais sous un nom différent

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top