A LA UNE

Gestion de la fête de l’indépendance à Kankan: Guerre de tranchée entre le Préfet, le RPG, la notabilité et les autres préfectures

marchekankanA l’orée de la célébration de la fête anniversaire de l’indépendance à Kankan, les problèmes d’ordre social surgissent de partout autour de la formation du comité d’organisation des festivités. Quand ça sent de l’argent,  ça suscite forcément de l’intérêt et de la passion. Jusque-là à l’écart de cette organisation, la notabilité s’y invite et hausse le ton. Elle exige que la commission soit présidée par un fils du terroir et conteste  tacitement donc le choix de Talibi Dabo qui serait fort du soutien des sections du RPG Arc-en-ciel de la préfecture mais aussi du Préfet Aziz Diop.

Que s’est-il passé ?

Il y a quelques mois, à l’initiative du Préfet de Kankan, tous les acteurs de la vie socio-politique se sont retrouvés. A l’ordre du jour de la rencontre, le choix des commissions devant organiser ces festivités. Quatorze (14) commissions ont été alors mises en place. Sept (7) constituées de cadres de l’administration et les sept autres sont revenues au parti au pouvoir, le RPG Arc-ciel.

Les commissions ont été meublées plus tard. La nécessité de désigner un coordinateur s’est posée avec acuité. Aussitôt l’homme d’affaire Talibi Dabo, une épine dans les pieds de certains cadors du RPG , est choisi par les 4 sections du parti pour occuper ce poste. Un choix entériné par le Préfet qui n’a pas manqué de compliments à l’endroit du patron du groupe de presse Fasso ce, malgré la position contraire d’un autre groupe non moins important, qui prône la dépolitisation de la célébration de cette fête nationale.

Saisie de la décision, la notabilité se fera entendre en posant son veto contre des choix, dit-elle, inappropriés. Bienvenu aux conciliabules et aux tractations pour tirer des aveux au Sotikemo, tentant de l’amener à se dédire et à faire le «faux fuyant».

Le problème s’amplifie et les autres préfectures dénoncent la gestion unilatérale par Kankan du dossier de cette organisation. Les frustrations sont lisibles sur tous les visages. Le Président Alpha Condé qui suit avec attention l’évolution de la situation, bien qu’étant toujours entre deux avions, est conscient que la suite pourrait être politiquement mauvaise pour lui.

D’après des indiscrétions, à son retour du Maroc où il prend part à la COP 22, Alpha Condé devrait prendre des décidons draconiennes. Ils pourrait renvoyer les protagonistes dos à dos, leur dessaisir de tous et réorganiser à sa guise.

Dossier à suivre !

ML Cissé

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top