A LA UNE

Kankan : Deux camions bourrés de marchandises arraisonnés, ruée des commerçants à la fourrière

img_20161122_123718Ces camions suspectés de contenir des produits pharmaceutiques périmés, en provenance de Conakry, ont été appréhendés par des gendarmes, au petit matin du vendredi 18 novembre 2016.Telle une trainée de poudre, la nouvelle s’empare de toute la cité. Sur l’écran de FASSO TV, les autorités locales rassurent de faire toute la lumière par une fouille systématique du contenu des deux camions stationnés dans l’enceinte de la gendarmerie territoriale. Programmée samedi dernier puis reportée pour ce mardi 22 novembre, cette perquisition n’ a pu avoir lieu et a été encore une fois reportée à ce mercredi 23 novembre 2016.Pourtant ce mardi même, au siège de la gendarmerie, l’ordre des pharmaciens ,celui des médecins, la justice(huissier de justice ), la jeunesse, la chambre de commerce ,le syndicat des transporteurs et la Direction régionale de la santé étaient tous représentés.

Sur place il y avait aussi une vingtaine de commerçants essentiellement des gérants et propriétaires de points de vente de médicaments. Sur le pourquoi de ce deuxième report, le Cdt de la gendarmerie territoriale, Abdoulaye DIALLO, évoque des raisons procédurales. «Nous exigeons aux convoyeurs, de nous fournir l’inventaire complet de toutes les marchandises à bord des camions et la présence physique des propriétaires ou de leurs représentants avant de procéder à la fouille proprement dite», a -t –il martelé devant la presse.

Il a également indiqué qu’il faisait tard pour commencer l’opération ajoutant qu’on ne peut débuter un tel travail et s’arrêter à mi chemin. Mais pour le porte-parole des propriétaires de marchandises arraisonnées, « il ne sert à rien d‘attendre à ce que tous les propriétaires ou leurs représentants soient physiquement présents car certains sont jusqu’à Mandiana et à Siguiri. L’essentiel est de contrôler publiquement et de dire si les camions contiennent des produits périmés ou non, et qu’on en finisse une fois pour toute», s’est-il lamenté.

Selon plusieurs observateurs interrogés par Mosaiqueguinee.com, cette situation risque de se muer en un règlement de compte de l‘ordre des médecins de Guinée contre d’éventuels vendeurs clandestins de produits pharmaceutiques. Autre crainte attribuée au ralentissement dans la procédure de perquisition des camions placés en fourrière, c’est bien l’idée d’une affaire qui s’arrangerait dans l’ombre.

Mamadi CISSE, correspondant de Mosaiqueguinee.com à Kankan

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top