Actualités

Les conséquences du 22 novembre tels que vues par le fils d’une victime

dr-a-tounkara-2En cette date marquant le 46ème anniversaire de l’agression portugaise contre la Guinée le 22 novembre 1970, Dr Amadou Tounkara se souvient de ce sombre passé comme si c’était aujourd’hui.

Au cours d’un point de presse qu’il a animé ce mardi 22 novembre 2016 à l’université Gamal, ce citoyen guinéen, fils d’une victime du Camp Boiro,  déplore la vague d’arrestations de Guinéens à la suite de cette agression.

«Après l’agression de 1970, des Guinéens ont été arrêtés, ils ont connu un semblant de justice, ils ont eu une étiquette de comploteurs, d’anti-Guinéens, de traitres. Sans être jugé, ils sont morts. Il faut rappeler que ces Guinéens étaient des compagnons de l’indépendance.

Parmi eux, il y avait des Guinéens qui avaient créé l’armée guinéenne, il y avait certains qui ont financé et qui ont payé les militaires Guinéens, les premières années de l’indépendance. Il y avait aussi d’autres qui avaient créé les ballets africains. D’autres ont créé les facultés de médecine. Il y avait parmi eux des Guinéens qui avaient négocié la CBG (Compagnie de Bauxite de Guinée) qui a ténu économiquement la Guinée au moins sur 26 ans, (…) Je pense vraiment que c’était de bons Guinéens, des dignes fils du pays qui ont été arrêtés, sans être jugé, sans avocat, ils ont été accusés d’être comploteurs, ils sont mort. Donc nous souhaiterons que la jeune génération soit informée. Nous souhaiterons vraiment que cette page de notre histoire soit lue pour que les gens se rendent compte de ce qui s’est passé. Parce que je dirais que ce qui s’est passé est un scénario monté. Et si on ne cherche pas à connaitre les metteurs en scène, savoir comment ils ont monté ce scénario, on va continuer à connaitre d’autres scénarios qui ne seront pas à l’avantage de notre nation», a déclaré Dr Tounkara.

Sur la question de savoir à qui la responsabilité, Dr Amadou Tounkara ne va pas plus loin, il accuse l’Etat guinéen. Car, selon lui, les archives sont introuvables, des lieux symboliques comme le camp Boiro ont été rebaptisés et les traces ccomplètement effacées.

A préciser que Dr Amadou Tounkara est fils d’une victime du régime Sékou Touré. Son père Tibou Tounkara a été arrêté à la suite d’une dénonciation avant de trouver la mort suite à des tortures.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. tim

    23 novembre 2016 at 1 h 10 min

    Il est temps d’arrêter de se faire passer comme victimes. Vos parents étaient des traites de la république. Ils ont trahi leur nation. Il faut l’assumer. Aucun complot sous la 1ère république n’était monté. Ce sont les services sécrets français, qui étaient en charge en ce moment, qui le disent. Veuillez chercher et regarder le documentaire《 FRANCE AFRIQUE》avec acteur principal, JACQUES FOCAR, qui était en charge d’éliminer « physiquement ou politiquement » Sékou Touré. Les services sècrets français disent qu’en 26 ans de pouvoir, Sékou Touré a connu pas moins de 25 complots. Ce qui veut dire qu’il y avait complot en Guinée presque chaque année. Et, vous osez démentir ces complots? Je demande au président Alpha Condé de permettre une conférence nationale comme en Afrique du Sud surtout il y a encore des vivants de cette époque parmi nous qui connaissent la vérité. Là, nous pouvons faire intervenir certains des services secrets étrangers qui ne sont plus en fonction pour témoigner. Après cela, je pense tous les enfants des victimes vont se taire. Et aussi, les enfants de Sékou Touré assumeront les bavures du régime de leur père car tout régime fait des victimes. Mais, les complots contre Sékou Touré étaient réels selon les services sécrets français.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top