A LA UNE

Voici comment les ONG APAC et F2DH ont célébré la Journée internationale contre les violences faites aux femmes

sam_1482A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes ce vendredi  25 novembre, les ONG APAC et F2DH ont mobilisé plusieurs femmes à travers une caravane de sensibilisation et d’information dans différents  commissariats de la capitale. Au commissariat central de Matam, les participantes ont eu plusieurs zones d’ombres éclaircies par les responsables de ce coin sur les cas de viols et de violences faites aux femmes.

Le chef de la brigade de l’Office de protection de genre, de l’enfance et des mœurs, Noba Facely Gouly, a livré des statistiques. « Ce dernier temps, nous avons vu une recrudescence des violences faites aux femmes notamment le cas de viol sur mineure. Pour cette année, nous avons déféré au tribunal, six (6) cas de viol sur mineure », a affirmé le responsable de l’OPROGEM.

A la direction des investigations judiciaires de Matam qui a constituée la dernière étape, le coordinateur de la direction des investigations judiciaires du PM3 a fait la situation de sa direction: « Depuis le début de l’année, nous avons reçu 18 cas de violences faites aux femmes donc huit (8) cas de viol parmi lesquels, quatre (4) sur mineures. Les coups et blessures volontaires, neuf (9) cas dont un a entraîné une fausse couche. Le dernier, c’est un cas de mariage précoce. Tous ces cas, nous les avons déférés au tribunal››, dira Adjudant Alhassane Yatara.

asmaou

Asmaou Barry, Présidente de l’APAC

Pour la présidente de l’APAC, Asmaou Barry, l’une des ONG organisatrices, le motif de cette caravane, c’est: ‹‹ d’envoyer les femmes visiter les locaux de la police et de la gendarmerie pour qu’elles connaissent les lieux et les agents censés traiter les questions liées aux violences faites aux femmes››.

sam_1475

Moussa Yéro Bah, présidente de F2DH

Pour sa part, Moussa Yéro Bah, présidente de l’ONG F2DH, invite tout un chacun à jouer sa partition en sensibilisant et en donnant des conseils aux petites filles d’éviter de suivre n’importe quelle personne dans les quartiers et de s’éloigner de l’ambition démesurée de l’argent.
 Elle demande également aux religieux de sensibiliser dans les mosquées afin d’éviter de donner des filles mineurs en mariage.
Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top