Actualités

Plume à Aboubacar Diallo du 06 Décembre 2016

 

plumeYes, c’est possible ! C’est possible que notre crasseuse capitale de favelas, change de mine, un tantinet ! Certes, c’est loin de la grande satisfaction, mais un petit bel élan semble être pris dans ce sens depuis peu.

Yes, he can ! J’ai envie d’exulter ! Moi qui fus l’un des tous premiers à parier sur l’homme, alors que rien n’indiquait que le choix porterait sur lui. On était à peine remis du choc de la disparition de celui à qui il succèdera, il y a bientôt dix mois. Alors qu’il n’en faisait aucune obsession, un jour, il nous fît part Tamba et moi, à la bonne franquette, au détour d’une causerie sur l’état de notre pays, de ce défi qui lui tenait à cœur de relever, on espère que ce ne sera pas son dernier comme il nous l’avait laissé entendre, celui de pouvoir changer un jour l’image de notre capitale. Le voici à la tâche il y a seulement dix mois dans quelques jours. On peut dire ce qu’on veut de lui, on peut l’aimer ou pas, mais on ne peut nier une évidence qui tombe sous les sens. Que celle-ci force notre admiration ou pas, elle demeure un petit pas dans la bonne direction.

Certes, Conakry, est loin de redevenir la perle de l’Afrique de l’Ouest, qu’elle était dans le temps, mais elle change de mine peu à peu, à l’aide d’une cure de jouvence, à dose homéopathique pour le moment, elle ravale peu à peu sa façade laide et décomposée. Quoique ! Oui, quoique les trictracs et autres bégaiements d’une gouvernance à tâtons ! Comme immunisé contre tout cela, il n’en est pas à subir son bizutage, d’un calme olympien que rien ne vient perturber, arborant toujours le même sourire comme pour faire un pied de nez à l’adversité, l’homme, ne se laisse pas distraire. Sa voie, il se l’est tracée, il continue sa marche en avant, sans se soucier du qu’en-dira-t-on ! Même, tacitement, dépossédé d’une mission qui est l’essence même de ses fonctions, au profit d’une fameuse unité de génie de l’armée, en l’occurrence, l’assainissement, après que sa tutelle ait fait mains basses sur les fonds y alloués, il n’a pas désarmé. En la matière, le peu d’initiatives, qu’il a prises de son propre chef, est porteur d’espoir. En plus des poubelles vertes qui font leur retour aux coins de nos rues, quelques points noirs comme certaines décharges, qu’on croyait inexpugnables, disparaissent peu à peu.

L’image d’une ville défigurée par les ordures, cède peu à peu la place à celle d’une cité qui se soucie de sa toilette. Les opérations de grand nettoyage, le dernier samedi de chaque mois, portent leurs fruits, pour avoir permis, justement, de débarrasser quantité de ces points noirs qui faisaient la honte de notre capitale. L’initiative de mettre sur pied une brigade verte, qui vient de voir, n’en fera que renforcer l’élan pris. Cerise sur le gâteau, l’embellissement entamé de nos carrefours et ronds-points. En plus de l’aménagement continu de ces espaces, ceux-ci, scintillent de mille feux, ce mois de Décembre, comme pour annoncer les couleurs de fêtes de fin d’année, joyeuses.

C’est une première ! Qui n’en a pas été frappé ! L’image by night que ça renvoie de notre capitale, oui, loin de celle d’autres grandes capitales africaines, traduit en elle seule, toute l’ambition qui anime l’homme mais aussi tout le potentiel qui est sien, avec de moyens modiques, à opérer et parvenir à de grandes transformations. Sur le plan de la sécurité et du combat contre le désordre dans la circulation, une police communale vient de voir le jour. Le peuple de Guinée, qui n’est plus dupe, observe et apprécie. A l’heure de la révolte des peuples, de par le monde, cela compte beaucoup. Qui sait ? Peut-être que Demain, t’appartient !

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top