A LA UNE

KANKAN : 414 mille dollars US pour la valorisation des produits forestiers non ligneux

kankanLa FAO débourse 414 mille dollars US pour la valorisation des produits forestiers non ligneux y compris le beurre de karité.  L’annonce a été faite ce mardi 13 décembre par la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, Sanaba KABA.

C’était à la faveur du lancement solennel d’un atelier de formation à l’intention des acteurs et partenaires de la filière, placé sous la présidence de Madame Sanaba Kaba.

Il est organisé par la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) en collaboration avec le ministère de l’Environnement, des Eaux et Forets.

’’Appui à la valorisation des produits forestiers non ligneux, cas de la production du beurre de karité à KANKAN’’, tel est le thème débattu au cours de cet atelier. Il s’inscrit dans le cadre d’un programme conjoint (Gouvernement guinéen–FAO) visant à renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la lutte contre la pauvreté au sein de la couche féminine notamment.

D’près les organisateurs, la Guinée ne dispose d’aucune statistique relative au beurre de karité. Pourtant, a martelé Séraphine WAKANA, la coordinatrice du Système des Nations Unies en Guinée, «les produits de la cueillette occupent une place prépondérante dans l’alimentation des populations rurales et dans l’approvisionnement des marchés locaux. Ils sont utilisés comme source d’aliments, soit directement sous forme de graines, de noix, de fruits ou  de feuilles, soit indirectement sous forme de fourrages pour le bétail, comme médicaments dans la pharmacopée traditionnelle, comme matière première pour l’artisanat ou encore dans la fabrication de produits cosmétiques.»

Cet atelier a permis d’éclairer les participants sur les orientations techniques du projet et de recueillir leurs recommandations, histoire d’atteindre des résultats escomptés.

«C’est un projet phare qui arrive à point nommé dans la région administrative de Kankan », a déclaré Sanaba KABA qui se réjouit de l’importance et de la qualité du karité dans cette zone.

Elle a en outre plaidé en faveur de l’élargissement de la durée du projet théoriquement lancé en 2013 pour finir en fin 2017, mais dont la mise en œuvre a trainé à cause du virus Ebola.

Visiblement, c’est une des rares opportunités offertes aux nombreuses femmes, majoritaires dans la filière. Par ce projet, ces acteurs apprendront je cite, les meilleures techniques d’extraction, de conservation, de transformation et de commercialisation des produits forestiers non ligneux y compris le beurre de karité, en tenant compte de la protection des écosystèmes.

Mamadi CISSE Correspondant de Mosaiqueguinee.com à KANKAN.

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top