Actualités

Message du nouvel an 2017 de Faya Millimono, Président du Bloc Libéral

Chers compatriotes,

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Nous voici à la fin de l’année 2016 et au début d’une nouvelle année 2017. L’occasion est opportune et le devoir est ultime pour moi de souhaiter à tous nos compatriotes, à nos proches, à nos familles respectives, à tous les militants et sympathisants du Bloc Libéral et de ses partis alliés de la Coalition politique pour la rupture (CPR), et aux membres du Front National pour la Défense des Droits des Citoyens, bonne et heureuse année 2017.

C’est aussi le moment pour nous de consoler et d’encourager nos proches, nos collaborateurs et nos concitoyens qui, au courant de l’année 2016, ont traversé des moments de douleur causés par des vicissitudes de la vie, mais parfois, et d’ailleurs souvent, par l’égoïsme humain à asservir son prochain pour satisfaire son instinct politique et économique. Je saisis ces moments de grâce pour témoigner ma solidarité à nos milliers de frères et sœurs souffrants, couchés sur les lits de malade et désespérés de cette vie qui ne donne même plus devoir aux gardes malades de soulager leurs compatriotes dans le besoin, puisque la solidarité publique est désormais réduite, dans notre pays, aux discours politiques prononcés la veille des échéances électorales, dans le seul but de se servir du peuple. Je souhaite particulièrement une bonne et heureuse année 2017 à toute la presse guinéenne.

Je la rends hommage pour ses multiples efforts et son professionnalisme dans la lutte noble pour le rayonnement des valeurs et principes démocratiques. Je souhaite également une bonne et heureuse année 2017 à tous les membres de la communauté internationale, qui œuvrent aux côtés du peuple de Guinée pour lui permettre de garder l’espoir d’une démocratie et d’un Etat de droits, gages d’un véritable développement socio-économique.

Chers compatriotes,

L’année qui s’en va a été pour notre pays, une année d’austérité imposée par les politiques d’échec et la mauvaise gouvernance. Au cours des 12 mois passés, j’ai visité des milliers de Guinéens. J’ai rencontré, j’ai discuté et j’ai appris de milliers de Guinéens que notre pays va mal, très mal. La majorité des Guinéens vit une paupérisation sans précédent.

L’échec de la gouvernance publique fait que nombreux de nos compatriotes sont injustement endeuillés tous les ans. Que de jeunes guinéens, désespérés, ont perdu la vie en 2016, dans le désert et dans la Méditerranée, pour atteindre l’Europe. Nombre de Guinéens, pour cause d’insécurité, d’injustice, de violences, d’accidents de la route et de pauvreté ont soit été privés de liberté, soit été blessés ou simplement trouvé la mort en 2016. C’est l’occasion de témoigner notre compassion aux familles de nos compatriotes morts dans le désert et dans la Méditerranée ; les familles de nos compatriotes tués, violées, torturés ou privés de leurs libertés tout au long de l’année 2016. Que ces familles trouvent ici l’expression de notre compassion et nos encouragements.

Que ces familles ne se sentent pas abandonnées. Que Dieu reçoive l’âme de nos martyrs. C’est pour que ces familles ne se sentent jamais abandonnées, que la mémoire de nos disparus ne soit jamais trahie, que nous devons continuer avec courage et détermination à rejeter le système en vigueur aujourd’hui, à lutter pour la justice et la prospérité de tous, et à affirmer haut et fort la tolérance zéro en matière de préservation de la dignité humaine et de la protection de nos droits et libertés. Je pense un instant à nos compatriotes qui ont perdu leurs emplois tout au long du premier mandat du Président actuel, sans bénéficier d’aucun appui de l’Etat dans la réclamation de leurs droits. Je pense aussi aux petits épargnants, qui ont beaucoup perdu suite à la faillite de certaines institutions financières. Ils sont aujourd’hui sans espoir de recouvrir leurs épargnes parce qu’abandonnés injustement par l’Etat. Je leur témoigne ma solidarité et leur promets la justice. Je témoigne également ma solidarité aux travailleurs du secteur public, qui attendaient, en vain, de cette année 2016, une amélioration de leurs conditions salariales et un avancement en grade.

A vous mes chers compatriotes, qui servez notre pays dans les forces de défense et de sécurité, je comprends vos problèmes. A l’image de la société guinéenne, la gouvernance actuelle fait tout pour vous diviser. Vous n’êtes pas jugés en fonction de vos mérites, mais de vos appartenances ethniques et régionales. L’ethnie est malheureusement le critère de promotion. Comme conséquence, les plus méritants parmi vous sont injustement maintenus dans les grades inférieurs au profit des moins méritants. Cela crée de la frustration. Je vous comprends.

Par ailleurs, contrairement à ce que les chiffres dans les lois de finances laissent penser, vous vivez des conditions aussi difficiles voire plus difficiles que celles de vos compatriotes civiles. Cette situation n’est pas une fatalité ; le Bloc Libéral promet la changer.

Chers compatriotes,

Je ressens vos peines et je comprends votre cri de cœur ; celui de voir une nouvelle Guinée émergée et se développer. Oui, les Guinéens veulent un meilleur leadership et un meilleur gouvernement. Ils veulent d’un leadership visionnaire qui dirige, pas qui impose des choix uniques et qui se dérobe. Vous en avez assez des politiques négatives, orientées vers la division, le mensonge et des promesses fallacieuses et passionnelles. Tous les jours, on vous fait croire que réclamer plus de vos hommes politiques et de vos leaders, est naïf et mènera inévitablement à la déception. Le Bloc Libéral n’est pas de cet avis.

Chers compatriotes,

L’année 2016 qui s’achève a commencé par un mea-culpa clair du Président de la République, quand il a annoncé aux Guinéens, dès janvier, que les caisses sont vides.

A l’instar des cinq années précédentes, aucune des institutions républicaines n’a fonctionné efficacement durant l’année 2016. L’Assemblée Nationale n’a jamais mis en place une commission d’enquête pour déterminer l’identité et situer la responsabilité des prédateurs de l’économie guinéenne malgré les dénonciations quotidiennes des allégations de corruption par les médias, même internationaux. La Cour des Comptes, qui est censée contrôler les dépenses publiques, est dirigée, fort malheureusement, par l’ancien Ministre de l’Économie et des Finances qui, logiquement, ne peut auditer sa propre gestion et s’assurer qu’il dénonce ses fautes. Pourtant, cette nomination est intervenue malgré le combat mené par le BL aux côtés d’autres formations politiques et de la société civile pour l’empêcher.

La Cour constitutionnelle a été paralysée tout au long de l’année en raison, officiellement, de la lutte interne entre son Président et ses conseillers, mais en réalité à cause des manœuvres politiciennes visant à éjecter le Président de cette institution pour avoir osé demander au Président de la République, lors de sa prestation de serment pour son second et dernier mandat, de ne pas « succomber à la mélodie des sirènes révisionnistes ». L’inexistence de la justice fait que de plus en plus de Guinéens décident de se faire justice eux-mêmes.

Or, dans un État de droit, nul n’est habilité à se faire justice soi-même. L’Etat a trahi la jeunesse en lui offrant une éducation au rabais, qui ne produit que les chômeurs. Le système de santé est abandonné parce que les maigres ressources ne servent qu’à évacuer les dignitaires et leurs familles à l’étranger pour les soins. Parmi tous les maux dont les Guinéens ont souffert durant les six dernières années, particulièrement en 2016, le plus dangereux est la corruption endémique à tous les niveaux de l’administration publique, car celle-ci cause plus de victimes que toute autre maladie. Face à tous ces maux, le Bloc Libéral, fidèle à ses engagements vis-à-vis du peuple de Guinée, ne s’est pas contenté de formuler des critiques. Il a aussi et surtout mobilisé toutes ses ressources intellectuelles pour faire un diagnostic franc et formuler des propositions à la fois conjoncturelles et structurelles, dans un document intitulé « Mal-gouvernance et crises récurrentes en Guinée : le BL offre ses propositions pour sortir la Guinée de l’impasse actuelle et de la crise multidimensionnelle ». Ce document, malheureusement ignoré par le pouvoir actuel, a été rendu public le 2 mars, 2016. Le gouvernement pléthorique et sans vision claire de Monsieur Mamady Youla n’a trouvé mieux, comme mesure de redressement économique, dit-on, que l’augmentation des taxes, y compris sur les produits de première nécessité.

La TVA est passée de 18 à 20%, et au même moment, les taxes douanières ont été revues à la hausse, le prix du carburant à la pompe est resté très élevé malgré le bas prix du baril du pétrole sur le marché international. Tout ceci pour plonger le contribuable guinéen dans une misère encore plus extrême afin de le réduire en mendiant pour des fins politiques.

Chers compatriotes,

Comme l’a dit James Freeman Clarke, « La différence entre l’homme politique et l’homme d’Etat est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération. » Très malheureusement, dans notre pays, la seule chose qui semble préoccuper le Président actuel et son gouvernement est le comment vendre le projet d’un troisième mandat et non l’amélioration des conditions de vie et de travail des Guinéens. Beaucoup de signaux dans ce sens ne trompent pas: les déclarations du Président lui-même, celles des hauts cadres de son administration, qui ont pourtant une obligation de réserve, la crise au sein de la Cour Constitutionnelle, etc. Sur la question, il faut rappeler que, le fait que la décennie des années 2000 a été l’une des plus violentes de l’histoire de notre pays, s’explique, en grande partie, par le fait que les Guinéens n’ont pu empêcher le Général Lansana Conté (paix à son âme) de modifier la Constitution en 2001. La conséquence a été la faillite à la fois économique, morale, sociale et politique. Connaissant cette réalité, la question que tout Guinéen est en droit de se poser aujourd’hui est la suivante : la Guinée peut-elle se faire le luxe de répéter l’histoire? Au BL, nous disons non! Et nous promettons nous battre, corps et âme, avec tous les acteurs politiques et de la société civile, pour promouvoir la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays, et pour faire échouer toute velléité de modification de la constitution pour se maintenir au pouvoir contre la volonté du peuple.

Chers compatriotes,

L’une des forces du Bloc Libéral réside dans la profondeur de ses convictions, la clairvoyance de sa vision et sa capacité de rester constant et fidèle à ses engagements auprès du peuple de Guinée. En effet, comme toujours, le BL a été présent sur tous les terrains durant les douze derniers mois. Le BL a choisi de protéger les droits de nos compatriotes au lieu de les négocier. Cela nous a valu parfois beaucoup de critiques même de la part de certains de nos collègues de l’opposition, mais nous avons résisté grâce à la profondeur de nos convictions. Durant le dialogue politique inter guinéen de 2016, le BL n’a pas hésité de claquer la porte pour éviter d’avoir à négocier les droits et les libertés des Guinéens. N’eut été cet acte courageux du parti, les Guinéens n’auraient jamais compris le plan anti-démocratique concocté par certaines formations politiques du pays pour confisquer les droits et libertés des citoyens. Malgré les invectives dont le parti et ses responsables ont été victimes, nous sommes restés imperturbables; ceci grâce au soutien du peuple de Guinée, qui reconnait notre effort et nous encourage dans la voie que nous avons choisie.

Chers compatriotes,

A l’occasion de ce message de l’an adressé à nos compatriotes, j’en profite pour lancer un appel à la vigilance de chacun et de tous. En effet, si le projet de loi actuellement en discussion à l’Assemblée Nationale, qui reflète les recommandations relatives au point deux des accords du 12 octobre, 2016, est adopté par les honorables députés, cela voudra dire que : 1) La Guinée aura mis le pied sur le développement local, qui n’est possible que grâce à une décentralisation véritable du pouvoir ; 2) Le rêve d’une démocratisation sera trahi, car il y aura moins de démocratie, surtout à la base ; 3) La Guinée aura consacré la politisation à outrance de la société guinéenne ; 4) Les droits acquis par les populations auront été confisqués ; 5) Et le statut de la loi, considérée comme un encombrement, aura été consacré.

Chers compatriotes,

La rupture ambitionnée par les militants et les sympathisants du BL ne sera possible que grâce à un partenariat avec d’autres partis et organisations de la société civile guinéenne ; partenariat qui devra être fondé sur la confiance, le respect mutuel et la sincérité, et qui devra s’engager résolument dans la défense des valeurs et des principes démocratiques. C’est pourquoi, au nom des militants et des sympathisants du BL, j’encourage l’initiative en cours du Front National pour la Défense des Droits des Citoyens. C’est un exercice important pour l’avènement d’une alternative crédible pour les échéances électorales prochaines. La réussite du Front, que le BL appelle de ses vœux, requiert d’éviter toute velléité d’exclusion. Le Front doit favoriser la participation effective de toutes les forces qui s’inscrivent véritablement dans la voie de promouvoir un changement positif pour le peuple de Guinée. Le Front doit non seulement rester complémentaire à toutes les autres forces du changement, mais aussi et surtout, ouvert au partenariat avec d’autres partis politiques et organisations de la société civile.

Chers compatriotes,

Vos appuis au parti durant ces derniers mois m’ont profondément touché. Je vous en remercie. Cependant, je ne prends rien pour acquis. Je sais que la confiance, ça doit se mériter. Et je compte bien mériter la vôtre. Je suis confiant en l’avenir. Notre tâche ne fait que commencer. Nous faisons face à d’énormes défis : aider les Guinéens à joindre les deux bouts, renouer avec la croissance économique et réconcilier celle-ci avec la protection de tous les Guinéens, y compris leurs biens, jouer un rôle positif et déterminant à l’échelle régionale et mondiale. Tel est le sens du combat que le BL mène avec vous tous. La Guinée est un grand projet inachevé. Et c’est à nous d’en faire le pays que nous voulons. Guinéennes et Guinéens, Le temps est venu pour nous d’écrire un nouveau chapitre dans l’histoire de notre pays. Laissons à d’autres les vieilles chicanes et les vieux débats qui alimentent la grogne. Laissons à d’autres la rhétorique ultra partisane et la façon dépassée de faire de la politique en Guinée. Laissons à d’autres les attaques personnelles.

Soyons à nouveau des bâtisseurs de la nouvelle Guinée. Pour que notre pays soit à la hauteur des rêves et des ambitions qui sont partagés d’un bout à l’autre de la Guinée, pour laisser à nos enfants un meilleur monde que celui qui nous a été légué par nos parents, le Bloc Libéral s’engage encore plus fort avec vous pour reconstruire la confiance en l’avenir en chacun des Guinéens. C’est la tâche qui nous attend. Et c’est celle qui me guidera en tant que président du Parti tout au long de l’année 2017. À tous les jeunes qui ne se sentent pas encore interpelés par la politique, j’ai un message bien simple à vous livrer. Votre pays a besoin de vous.

Il a besoin de votre énergie et de votre talent, de votre passion à servir dignement et honnêtement votre pays. Ne succombez pas aux dérives actuelles du régime, à la manipulation et à la corruption gangrenée. Le Parti que nous avons bâti au cours des 4 dernières années, c’est le vôtre. Il vous appartient. C’est le Parti avec lequel nous allons changer positivement la politique. C’est le Parti qui nous permettra de réformer nos institutions politiques, de faire de l’unité nationale de la réalité et de l’économie une vraie priorité, de valoriser le mérite et la compétence, de jouer un rôle positif et constructif sur la planète.

Les Guinéens veulent quelque chose de mieux. Ils refusent de croire que faire mieux est impossible. Ils voient le pays que leurs parents et grands-parents ont travaillé si fort à bâtir, et ils veulent léguer un pays encore meilleur à leurs enfants. Les Guinéens ne se laisseront plus jouer. Permettez-moi d’être franc. Les Guinéens ont tourné le dos aux politiques que nous sommes parce que nous leur avons tourné le dos. Parce que les Leaders politiques sont devenus plus intéressés à se battre entre eux qu’à se battre pour les Guinéens. C’est pourquoi le BL s’engage avec vous pour changer cette situation et redonner confiance aux Guinéens en la politique. Je crois aux millions de Guinéens de la classe moyenne, et aux millions d’autres qui travaillent fort chaque jour pour joindre cette classe moyenne.

Je vous promets de rester constant. Je suis heureux d’avoir appris que, avant tout, dans ce pays, le leadership signifie être au service de la population. J’aime ce pays, mes amis, et je crois en lui profondément. Il mérite un meilleur leadership que celui qu’il a présentement. Je vous promets, sincèrement, d’incarner ce leadership de transformation positive auquel nous aspirons tous.

Au BL, nous sommes plus que jamais engagés après les élections de 2015, remplis d’espoir et déterminés à poursuivre les objectifs que nous nous sommes fixés. Sachez ceci : ce que nous avons gagné aujourd’hui, ce n’est rien de plus, rien de moins que l’occasion de travailler encore plus fort pour nous montrer dignes de diriger ce beau pays. Gardez espoir, chers compatriotes.

Nous pouvons opérer le changement tant recherché par des Guinéens. Une meilleur Guinée est encore possible. Ensemble, nous allons la bâtir.

Bonne et heureuse année 2017

Je vous remercie

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top