A LA UNE

La pirouette spectaculaire de la mouvance : Le rapport de force a eu raison d’Alpha Condé, le vrai «acteur» de la scène

Nul ne doute désormais, que le rapport de force est l’arme fatale que dispose l’opposition afin d’épiler du pouvoir ses réclamations. Cette palinodie de la majorité présidentielle qui se dédie et qui se désavoue publiquement après avoir défendu avec véhémence sa position, dit-elle, intransigeante, relative au mode de scrutin, est une école éhontée de la pratique politique en Guinée.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit du point 2 de l’accord qui parle de la désignation des chefs de quartiers et districts au prorata des résultats des communales. Pour l’opposition républicaine, il faut un scrutin majoritaire à un tour. La mouvance par contre, convaincue de sa proposition qui a été source de blocage, défend le mode de scrutin mixte : le parti qui arrive premier dans une commune devrait avoir la majorité des conseillers.

Quelques jours après la clôture sous haute tension de la session budgetaire, où les positions tranchées ont valu le boycott de la cérémonie de clôture par l’opposition, c’est la mouvance qui se ravise avec des arguments qui ont du mal à passer. Pour un souci d’apaisement… ont-ils claironné à la maison de la presse devant les journalistes.

Ceux qui avaient crié à une indépendance des députés de la mouvance, des députés qui ont cru bon, conformément à leurs prérogatives d’introduire cette modification, devraient se détromper et savoir que le seul patron, le maître à penser du groupe parlementaire, est sans doute Alpha Condé.

D’après nos sources bien informées, c’est le patron de l’exécutif , Alpha Condé, qui aurait sonné la fin de la récréation la veille en invitant dans son antre de sekhoutereya, les cadors de la majorité à l’Assemblée, bref les cadors de la mouvance, pour leur dicter la nouvelle conduite à tenir.

Ceux qui juraient, il y a quelques jours, ne point bouger d’un iota sur leur position, auraient été sommés d’aller se dédire. Dans tous les cas, ça profitera au pouvoir qui a pu gagner en temps, car quoiqu’on fasse, il faut impérativement attendre 30 jours après la clôture de cette session pour pour pouvoir convoquer une autre session extraordinaire.

Feuilleton à scruter ! !!

ML Cissé

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. leno

    10 janvier 2017 at 12 h 57 min

    cellou dalein diallo est le mal de la guinee, il a passé 11 ans au gouvernément de lansana conté entraint de s enrrichir sur le dos de la population guineenne. c est le plus mauvais poloticien en guinee.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top