Actualités

Conakry Capitale Mondiale du Livre : Quel bénéfice pour l’enseignement guinéen ? (Interview du Ministre Yéro Baldé)

le ministre Abdoulaye Yéro Baldé

A partir d’avril prochain, la capitale guinéenne va accueillir le monde littéraire grâce à l’événement Conakry Capitale Mondiale du Livre. Pour savoir ce que l’enseignement guinéen pourrait en tirer comme bénéfice, notre rédaction est allée à la rencontre du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé.

Lisez !
Conakry Capitale Mondiale du Livre, quelle signification ?
Qui parle de livre, parle de l’éducation. L’apprentissage commence et se poursuit par la lecture. Ce n’est pas parce qu’on a assez lu et écrit qu’on va arrêter de lire. Le livre nourrit l’esprit puisqu’il ouvre l’esprit  à beaucoup de connaissances scientifiques, historiques, littéraires… pour permettre de découvrir le monde. Et en tant que Ministère de l’Enseignement Supérieur, nous sommes au bout de la chaîne dans le système éducatif (primaire, secondaire, technique et supérieure ), donc ceux qui viennent dans ce milieu-là, s’ils ont une bonne connaissance de base, ça facilite aussi l’apprentissage au niveau de l’enseignement supérieur.
Quels avantages ?
Conakry Capitale Mondiale du Livre, devient le moment idéal pour faire comprendre à notre jeunesse que la lecture, au-delà de la lecture, l’apprentissage de la connaissance, est un outil très important dans le cadre de leur formation. Et d’ailleurs, je salut ici M. Sansy Kaba Diakité, qui a eu cette initiative et qui s’est battu pour que Conakry puisse être désignée comme la 17e capitale mondiale du livre.
Grâce a cette initiative, Harmattan Guinée va construire et ouvrir une librairie sur le campus national de Conakry, donc c’est un acquis pour nous dans le cadre de cette manifestation internationale.
Il y aura des bibliothèques dans les quartiers, donc nos étudiants qui sont dans ces quartiers vont pouvoir accéder à ces bibliothèques. Je crois aussi qu’il va y avoir des bibliothèques numériques qui vont permettre d’accéder à plusieurs ouvrages à travers le monde.
C’est un acquis non seulement pour le ministère de l’Enseignement Supérieur mais pour l’Education en général et la culture parce que qui dit livre, dit culture. Ça va aussi réveiller la conscience des jeunes à la lecture parce qu’aujourd’hui, nos jeunes sont plus branchés sur les technologies de l’information, mais pour des sujets bien différents de la lecture.
Vos Attentes ?
 Conakry Capitale Mondiale du Livre, j’espère que ça va aussi intégrer l’aspect technologie pour faciliter la lecture parce que nous avons des accros à la technologie, mais dans tous les cas l’événement devient l’élément détonateur pour relancer encore le goût de la lecture, parce que, n’oubliez pas que nous avons beaucoup d’écrivains vivants et non vivants comme Camara Laye, Alioum Fan touré, Thierno Monénembo etc. Donc tout cela va valoriser la culture guinéenne et, au-delà, l’enseignement supérieur dans notre pays.
Rapports avec les autres ministres du système éducatif ?
Nous sommes fortement liés, et d’ailleurs chaque mois nous avons une réunion entre le ministère de l’enseignement pré universitaire, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle et celui du supérieur pour harmoniser nos actions  parce que nous sommes tenus de travailler ensemble. Nous avons ces réunions mensuelles mais nous nous rencontrons de temps en temps quand il y a des sujets très urgents à débattre.
Votre message ?
J’invite tous les Guinéens à contribuer pour faire en sorte que Conakry Capitale Mondiale du Livre soit un succès, il ne s’agit pas d’une personne simplement, c’est au-delà de l’initiateur, des ministères de la Culture, de l’Enseignement Supérieur, du Pré-universitaire, c’est toute la Guinée qui est concernée, c’est notre image qui est en jeux. C’est du monde qui va venir, je pense  que plus de trois mille (3000) personnes sont attendues et c’est sur un an, ce n’est pas simplement en un mois ou en quelques jours, c’est sur toute l’année.
Et donc pour cela, les bénéfices c’est aussi bien sur le plan économique que social et j’espère que nos jeunes vont saisir l’occasion pour visiter les stands, s’enquérir de plus en plus de ce concept de lecture pour s’en approprier au moins et consacrer une partie de leur temps à la lecture, à la recherche de la connaissance parce que tout commence par là, le livre est important pour tout un chacun. Il nous accompagne tout au long de la vie.
J’espère que les jeunes vont comprendre ce message et s’adonner à la lecture surtout qu’il y aura des bibliothèques ou des centres de lecture qui seront installés dans plusieurs quartiers aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays, donc c’est l’occasion pour eux de pouvoir s’impliquer et tirer le maximum de bénéfice de Conakry capitale mondiale du livre.
Ils auront également l’occasion de rencontrer  des grands auteurs qui seront là, donc c’est vraiment l’occasion unique de participer à cette fête du livre, de l’intellectualisme et de la connaissance.
Alhassane Djigué

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top