International

Le chemin de fer Ethiopie-Djibouti, un modèle de la coopération sino-africaine

ADDIS ABEBA, 6 février (Xinhua) — « Notre objectif est de construire une ingénierie parfaite », a récemment déclaré à l’agence Xinhua Yuan Li, président de la compagnie CCECC (China Civil Engineering Construction Corporation), une des deux compagnies chinoises en charge de la construction du chemin de fer Ethiopie-Djibouti.

 Long de 752,7km, le chemin de fer Ethiopie-Djibouti relie la capitale éthiopienne, Addis Abeba, à la ville portuaire de Djibouti, au bord de la mer Rouge. En tant que premier chemin de fer électrique en Afrique, cet ambitieux projet a été mené à bien par les compagnies China Railway Engineering Co. et la CCECC, qui ont utilisé leurs innovantes technologies pour assurer la qualité du projet.

 Harar, une ville avec une importante architecture islamique, se situe sur une colline dans l’extension orientale des plateaux éthiopiens, à une hauteur de 1.885 mètres. En 2013, des techniciens chinois découvrent la chaleur de la ville de Harar, qu’ils visitent par la suite souvent. Ils viennent y chercher de l’inspiration pour la construction d’une gare dans la ville de Dire Dawa, le long de la route Ethiopie-Djibouti.

 Cette gare, aujourd’hui finalisée, est en forme de portail avec des ailes plus courtes. Sur la façade de la salle d’attente, on peut admirer de hautes portes voûtées, clairement inspirées par l’élégant style islamique. Les techniciens chinois voulaient en effet transformer la gare de Dire Dawa en un hub artistique, encourageant l’innovation. Par cette architecture, ils ont voulu combiner les anciennes caractéristiques architecturales éthiopiennes, mais aussi évoquer la vitalité de l’Ethiopie moderne.

 Lors de chacune de leurs visites, les techniciens chinois ont tenté d’améliorer la gare. Après cinq modifications, la gare de Dire Dawa satisfait désormais pleinement les responsables du chemin de fer. Au cours de l’inauguration du chemin de fer Ethiopie-Djibouti à Addis Abeba le 5 octobre 2016, le Premier ministre éthiopien Haile Mariam Dessalegn a salué les travaux des compagnies chinoises, et a remercié le gouvernement chinois et le peuple chinois pour sa coopération et son soutien à la construction réussie de ce projet.

« Le chemin de fer Ethiopie-Djibouti est une preuve incontestable des capacités techniques des entreprises chinoises », a déclaré le Premier ministre.

Les ouvriers chinois ont non seulement parfaitement exécuté les travaux, mais ils ont également porté une grande attention aux préoccupations des communautés locales et aux normes environnementales. Le 10 août 2014, après avoir reçu un appel de quelques villageois qui craignaient que leur bétail ne puisse traverser le chemin de fer, l’administrateur du projet a immédiatement envoyé un groupe de travail sur place pour examiner la situation. Plus tard, le personnel des chemins de fer a patiemment expliqué aux villageois qu’ils concevraient des passages de 3 mètres sur 3,5 mètres, pour que les chameaux et autres animaux puissent passer. Cette solution a reçu une réponse positive des villageois. La CCECC a construit deux passages dédiés à la faune.

La protection environnementale est également une question importante, et les entreprises chinoises ont tout fait pour construire une ligne respectueuse de l’environnement. « Comme le milieu écologique est fragile en Afrique, la pollution ne peut être ignorée, en particulier la boue », a indiqué un expert chinois travaillant sur le projet. La grande quantité de boue expulsée par le béton peut facilement polluer l’eau. Si les agriculteurs réutilisent l’eau contaminée pour l’irrigation, les cultures seront endommagées. L’équipe chinoise a donc décidé de décharger toute la boue dans un emplacement désigné, un bassin de boue. Les entreprises chinoises ont également cherché à préserver le sol. Lors de l’empierrement, elles ont utilisé le sol sur une zone limitée, accordant beaucoup d’importance à la réhabilitation des terrains et aux travaux de restauration écologique. 

Lors d’une cérémonie tenue à Djibouti, le Premier ministre éthiopien a déclaré que le projet stimulerait considérablement le développement des deux pays et renforcerait leur contribution au marché mondial. « Ce magnifique projet jouera un rôle indispensable dans la réalisation de notre croissance économique à grande échelle. (…) Cette voie ferrée améliorera le paysage socio-économique des deux pays », a-t-il souligné.
Source Xinhua

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top