Société

Grève des enseignants : Quand le gouvernement expose les élèves du privé à un risque d’affrontement avec ceux du public

​ »Je demanderais à tout le monde de rejoindre son poste. Les élèves d’aller en classe, si jamais il se trouve qu’un enseignant est absent, qu’ils rejoignent calmement leurs domiciles », a déclaré hier soir, à la télévision nationale, le porte-parole du gouvernement, Damantang Albert Camara

 Même s’il a déclaré   que les négociations avec les centrales syndicales «avançaient plutôt bien et certaines incompréhensions avaient d’ores et déjà été levées » ces dernières heures, Damantang a reconnu que le gouvernement était toujours incapable de trouver un compromis général avec les syndicats notamment autour de la grille salariale.

Pour le moment, ceux qui ont appelé à la grève, n’ont pas dit de reprendre le chemin de l’école.  Ce lundi matin donc, sauf changement de dernière minute, les salles de classe pourraient continuer à être fermées.

L’on pourrait même assister à des scènes de violence entre des écoles privées qui voudront reprendre les cours et des apprenants des écoles publiques qui exigeront la solidarité de leurs camarades du privé.  

A Mamou, le syndicat a demandé à tout le monde de rester à la maison.
Thierno Amadou M’Bonet Camara​
 ​

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top