Actualités

Antonio Souaré, président de la Fédération Guinéenne de football : les prémices d’une nouvelle ère (Contribution)

Dans un pays comme la Guinée où le football est une passion pour la population, toutes couches confondues, il est déplorable d’assister à une dégradation continue de ce sport, en témoignent les résultats des équipes nationales, le niveau du championnat national, l’état des stades, la fuite croissante des jeunes talents etc.

La principale raison de ce tableau certes réaliste, mais non reluisant et qui, surtout, sape la fierté du football Guinéen chèrement acquise dans l’histoire (le Hafia 77 , le Horoya et l’AS Kaloum des années 90), est le laxisme qui a marqué la gestion de ce sport durant des années à travers une fédération Guinéenne de football qui, non seulement était en carence d’ambitions et de vision à moyen -long terme , mais aussi s’est progressivement transformée en nid des états d’âmes et des intérêts particuliers , prenant ainsi en otage le football Guinéen.

C’est donc avec beaucoup d’intérêt que le pays a suivi le congre électif de la fédération Guinéenne de football, tenu le mardi 28 février 2017. Une élection dont l’engouement n’a d’égal que le résultat auquel elle a abouti avec le choix porté sur l’homme d’affaires et président du Horoya, M. Souaré Antonio .

Une date historique pour le football Guinéen, car cette élection marque le début d’une nouvelle ère : Celle du renouveau du football Guinéen.

Les raisons de l’espoir : M Souaré Antonio, un visionnaire convaincu

« La bonne foi et la conviction d’une personne ne se mesurent pas par ses paroles, mais par ses actions ». Cette citation résume au mieux l’homme qui a désormais en main la destinée du football Guinéen.

En effet, au moment où le football Guinéen agonisait sous l’œil attentiste des acteurs du domaine, M. Souaré Antonio a pris l’audace, le courage et surtout l’imagination de s’y investir en prenant les rênes de l’un des clubs sacrés du pays : le Horoya.

Un projet risqué quand on connait le manque de soutiens financiers et  d’accompagnement techniques des clubs du pays et dont il n’y a aucune visibilité quant au retour sur investissement.

Mais, cette triste réalité n’a jamais découragé l’homme, parce que porté par une vision et des ambitions pour le football Guinéen selon une approche stratégique qui allie patriotisme, passion et responsabilité sociétale qui l’ont toujours caractérisé, en témoignent ses projets dans le pays (la relance de la compagnie Air Guinée, symbole de fierté nationale par-delà les considérations économiques est une preuve éloquente).

Pour se convaincre de sa démarche de visionnaire , il faut voir ses projets pour le club dont il est le président (mise en place d’un cadre organisationnel et environnement de travail digne, un staff technique avec l’amélioration du niveau par la formation y compris à l’étranger , des stages de formation à l’étranger pour le club , la construction d’un centre de formation avec les infrastructures adéquates , le rehaussement de salaires des joueurs pour redonner la dignité aux footballeurs et donner l’espoir qu’on peut bien vivre de son salaire dans ce sport en Guinée ) .

Tant d’initiatives qui n’ont pas manqué à la fois de rehausser le niveau du football Guinéen et améliorer son attractivité à l’étranger à travers l’arrivée de joueurs et entraineurs étrangers dans le championnat Guinéen, mais aussi faire naitre une « concurrence intelligente » et bénéfique pour le pays , car certains clubs se sont aussi lancés dans la même perspective : l’AS Kaloum de M.Boubah Sampil, le Hafia de M.Kerfala Camara KPC , le CIK de M.Bangoura Mathurin. C’est en gros, le football Guinéen et la Guinée qui gagnent de ce que nous pouvons appeler «  une imitation salutaire ».

Par ailleurs eu égard au contexte actuel marqué par d’énormes défis à relever par la fédération Guinéenne tant au niveau interne (cadre organisationnel et de management) qu’externe (politique future à mettre en place), on constate que les attentes seront à la fois nombreuses et complexes, mais qui, nous sommes dores et déjà convaincus, seront relever à juste mesure par la nouvelle équipe dirigeante.

Les attentes :

Elles se résument à la mise en place d’une véritable politique footballistique en Guinée qui prendra en compte les pôles suivants :

-L’aménagement du cadre organisationnel de la fédération Guinéenne de football (cadre règlementaire et institutionnel, la définition des objectifs à atteindre par chaque commissions ainsi que la mobilisation des moyens pour y parvenir, sans oublier un cadre d’évaluation). les qualités de manager de M Souaré Antonio seront d’un apport indispensable à cette fin.

-S’inscrire dans une démarche de professionnalisation du championnat national de première et deuxième division : elle se fera à travers la responsabilisation de la ligue Guinéenne de football qui est une instance autonome chargée de gérer le championnat par la recherche du financement, des sponsors, mais surtout qui doit rendre compte de sa gestion à travers un rapport de complémentarité et de partenariat avec la fédération.

-Initier des projets de partenariat public-privé pour une politique de stades au profit des clubs : c’est regrettable de voir encore notre championnat se jouer sur la terre battue. beaucoup de club en Guinée ne sont pas propriétaires de stade. les clubs doivent disposer de stade aux dimensions raisonnables répondant aux normes internationales. un partenariat public-privé qui nécessitera la mobilisation de tous les acteurs (Etat, institutions sportives, partenaires financiers, medias).

-Définir une feuille de route pour la gestion des équipes nationales modulée dans le temps avec les objectifs à atteindre ;

-Mettre en place une commission de prospection pour renforcer les sélections nationales par les joueurs évoluant à l’étranger dont l’une des missions sera la détection des jeunes joueurs qui sont dans les centres de formation à l’étranger , mais aussi les bi-nationaux pour les convaincre de porter les couleurs du pays .

Bref, la nouvelle équipe doit se doter dans les meilleurs délais d’une stratégie de mise à niveau du football Guinéen tant en compte les aspects managérial, financier et technique pour redonner au football Guinéen la place qu’il mérite dans ce pays.

Tout reste à croire que M Souaré Atonio et ses pairs de cette nouvelle fédération sauront tirer les meilleurs leviers pour se montrer à la hauteur des attentes des Guinéens.

Les compétences techniques de l’homme, ses qualités humaines ainsi que les valeurs de rigueur, de travail et d’intégrité qu’il a toujours su ériger en principes de gestion et qui ont largement contribué à son succes story dans ce pays, devenant ainsi une référence pour les générations futures, seront d’un apport indispensable dans cette noble mission qui nécessite le soutien et l’accompagnement de tous les Guinéens.
Dramé Aboubacar,

Doctorant en droit public, Faculté de droit de Tanger (Maroc)

Contacts :

Tel : 00212604152970,

Email : drame0203@yahoo.fr

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top