Actualités

Opinion/Dossier judiciaire Bah Oury vs UFDG : Etonnante justice! (Par Ibrahim Diallo)

Le tribunal de Dixinn, vient de décider que Bah Oury réintègre l’UFDG. C’est une décision. Mon opinion est qu’il est de bon aloi qu’un justiciable consacre son temps à autre chose qu’à commenter une décision même inique rendue par un tribunal.

Mais dans un environnement sociopolitique comme celui qui prévaut actuellement dans notre pays, il est tout aussi de bon droit qu’en tant que citoyen l’on s’étonne de l’acte que vient de poser la justice et qui laisse croire qu’elle agit au glapir d’un système qui sème le trouble et attise le feu.

C’est un secret de polichinelle que de rappeler qu’un parti politique n’est pas la propriété d’un individu même s’il en est membre fondateur. Donc, pour le moment, l’UFDG peut et doit introduire un recours en justice pour réclamer que la législation en la matière soit respectée à tous les échelons.

En plus, le parti devra chercher à ce que ce même tribunal explique et détermine la procédure qui devra être adoptée pour ce retour. Puisque, à bien analyser le climat général qui prévaut dans notre pays, cette décision crée plus de problèmes qu’elle n’apporte de solutions.

D’ailleurs, il y a quelques mois, le même tribunal de Dixinn avait déclaré conforme la décision d’exclusion du bureau exécutif de l’UFDG prise à l’encontre de Mamadou Barry, neveu de feu le doyen Ba Mamadou.

Que ce même tribunal prenne la décision de ramener un exclu par le même bureau exécutif, cela laisse pantois tout citoyen épris de justice. Mais, mais, point de commentaire !

Sauf que pour rafraichir la mémoire de tout un chacun, il serait intéressant de citer ici le cas du Front National en France.

Le fondateur de ce parti, Jean Marie le Pen, a été exclu par le bureau politique présidé par sa fille biologique Marine le Pen. Et cela doit inspirer l’UFDG qui, sous aucun prétexte, ne devrait accepter qu’un fauteur de trouble exclu soit réintroduit en son sein par une justice qui n’en est pas une.

Car, rien ne peut et ne doit détourner l’UFDG de son objectif fondamental qui est la conquête et l’exercice du pouvoir par les urnes  et dans un climat interne conforme à ses statuts et règlement intérieur.

A moins que son bureau exécutif décide autrement, mais, dura lex sed lex, tout en se fondant sur les principes directeurs de l’UFDG.

Par Ibrahima Diallo

Directeur général de la radio Liberté FM

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. koyin

    3 mars 2017 at 21 h 00 min

    le journaliste alimentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top