A LA UNE

Pas l’ombre d’Antonio Souaré en Zambie : Son conseiller en communication justifie

Dans la tête de plus d’un, le tout premier voyage qu’effectuerait le nouveau président de la FEGUIFOOT, Mamadou Antonio Souaré, devrait être en Zambie où le Syli junior participe à la CAN de sa catégorie depuis le 26 Février et y atteint le stade des demies-finales.

Erreur ! Plutôt qu’en Zambie, Tony, comme ses proches l’appellent affectueusement, a choisi d’être en Tunisie, pour soutenir le club désormais dirigé par son fils, Soufiane, le Horoya Ac, qui y joue dimanche contre l’Espérance de Tunis, au second tour de la Ligue des Champions 2017.

Selon un de ses proches, joint par mosaiqueguinee, il n’est pour le moment pas prévu dans le programme de Antonio Souaré, qui a pris l’avion mercredi soir pour Tunis via Casablanca, de se rendre en Zambie.

De la Tunisie, il se rendra à Addis Abeba où se tient la semaine prochaine, un congrès électif de la CAF, un congrès qui devrait voir le sortant Hayatou, rempiler.

Alors, questions : Pourquoi ce choix ? Pourquoi Antonio, ne se rendra-t-il pas en Zambie, pour y soutenir le Syli junior, alors qu’il est désormais président de la Fédé ?

Face à des critiques qui commencent à s’élever des milieux sportifs, son conseiller en communication, joint par mosaiqueguinee, peu avant de prendre l’avion hier soir, tente de justifier en ces termes : « Oui, Antonio Souaré est depuis le 28 Février, le président de la FEGUIFOOT, oui, en toute logique, il devrait être en Zambie soutenir nos juniors qui ont atteint les demies, mais il ne faut pas oublier qu’il n’a pas encore pris fonction et que cette CAN des U-20, a débuté au moment où il n’était pas encore élu. Mieux, il faut savoir qu’entre une élection et l’entrée en fonction d’une nouvelle administration, il y a une petite transition. C’est le Comité de Normalisation qui chapeaute les opérations en Zambie, son président Nabé et une importante délégation l’accompagnant, sont présents en Zambie, M. Antonio a estimé qu’ils font bien leur boulot et qu’il y a lieu de les laisser la main jusqu’au bout ».

Pour Abdoulaye Condé, ancien éditorialiste, il n’y a pas de place pour la critique sur cette posture adoptée par M. Souaré.

Il rappelle à qui veut l’entendre que celui-ci, a par le passé, suffisamment fait montre de son soutien aux équipes nationales, par sa présence à leurs côtés lors des compétitions et par d’autres contributions.

Abdoulaye Condé, assure qu’il n’y aura pas d’amalgame, à partir de maintenant, Antonio se consacrera exclusivement à ses fonctions de président de la Fédération Guinéenne de Football, pas à autres choses.

Abou

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top