Actualités

Santé : la ville « fantôme » de Fria dans la campagne de vaccination contre la poliomyélite

Le 1er tour des journées nationales de vaccination contre la poliomyélite au compte de l’année 2017, a démarré ce vendredi, 10 mars 2017, dans la préfecture de Fria, à l’instar des autres villes du pays, a constaté sur place le correspondant de Mosaiqueguinee.Com

Dans la préfecture de Fria, où les quelques habitants qui sont restés après la fermeture de l’usine d’alumine attendent toujours la relance effective des activités économiques, le lancement officiel a été fait un jour avant, au centre de santé du quartier Aviation sous la présidence du Secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de la préfecture, Naby Camara, l’envoyé spécial du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, Marcel Léno ainsi que les cadres de la Direction Préfectorale de Santé de Fria.

«Ces journées nationales de vaccination contre la poliomyélite entamées ce vendredi à Fria vont se poursuivre jusqu’au lundi 13 mars prochain et sont censées prévenir et vaincre cette maladie handicapante pour les enfants dans le pays », a indiqué Dr Kalidou Soumah, Directeur préfectoral de la santé.

Ces journées, à l’image des précédentes, vont être marquées par le passage  des agents pour dans les ménages, vacciner tous les enfants âgés de 0 à 5 ans. Chaque journée sera tout le long de la campagne clôturée par une réunion de synthèse afin de tirer les leçons et envisager des améliorations pour les jours à venir en vue de l’atteinte du principal objectif qui est d’enrayer le mal dans la localité et sur toute l’étendue du territoire national.

La poliomyélite, plus couramment appelée «polio», est une maladie virale qui touche plutôt les enfants, et plus particulièrement les enfants de moins de 5 ans. Le virus responsable de cette maladie très contagieuse attaque le système nerveux central et peut provoquer en quelques heures, dans environ un cas sur 200, une paralysie définitive.

Elle est en outre une cause importante d’invalidité dans le monde. Ce virus, qui provoque le décès dans 5 à 10% des cas de paralysie, entre dans l’organisme par la bouche puis se développe dans les intestins. Il peut ensuite gagner la moelle épinière ou le tronc cérébral et provoquer des lésions irréparables.

Abdoulay GV

COMMENTAIRES

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top