Actualités

Contribution: L’insalubrité à Fria, un problème de santé majeur (Par Abdoulaye Gv Camara)

Par les temps qui courent, il est à reconnaitre que le problème d’assainissement de la ville de Fria a connu beaucoup de désintéressement et de laisser-aller à la fois par les autorités et les populations à la base.

La ville de Fria reste sale malgré le travail quotidien et citoyen de l’Association des Femmes Balayeuses, qui ne manque pas de rendre propre les rues. Là aussi, il y a sujet à discussions lorsqu’on sait que ces bonnes femmes ne sont ni subventionnées ni accompagnées.

Par rapport à cette dramatique situation, certaines questions s’imposent. La volonté politique du régime de changement souffre-t-elle d’initiatives ou de moyens ? Les populations sont-elles conscientes du danger que représentent ces ordures qui jonchent les rues et assaillent les quartiers ? En tout cas pas visiblement, il est à déplorer un statu quo coupable de part et d’autre surtout quant on sait que nos enfants demeurent les premières victimes de cette pollution et des maladies qui tirent leurs sources dans l’insalubrité.

Aujourd’hui, pour changer cette donne qui préoccupe plusieurs associations pour la défense de l’environnement, certaines mesures salvatrices s’imposent. Pour mémoire, l’on se rappelle qu’à la tête du gouvernorat de Conakry, le 2 avril 1996, Mr Bemba BANGOURA avait initié des actions visant la propreté de la capitale que l’on pourrait également transcrire dans notre ville.

La  décision N°002/VC/CAB/97, portant sur l’approbation du règlement d’hygiène disait dans son article 1er dit : ‘‘les habitants d’un quartier peuvent se constituer en groupements pour assurer et promouvoir la propreté de leurs concessions, quartiers ou leurs communes. Tout groupement constitué dans ce cadre pourra, s’il le sollicite, bénéficier d’un appui des autorités locales en termes d’encadrement, de formation ou de subventions».

Le 2ème article de cette même décision interdit de jeter les ordures dans les domaines publics. Le seul salut à cet article est qu’à côté, la commune doit prévoir les moyens matériels (poubelles) pouvant conscientiser les populations à ne pas se débarrasser de ces ordures là où l’on veut mais plutôt dans les lieux aménagés à cet effet.

En somme, il s’agira d’instituer des lois et de pénaliser, de mettre en place des instruments d’application des décisions. Avec le vent du changement démocratique, la lourde charge de l’héritage est là ; il faut l’assumer avec des décisions et actions concrètes.

PaAbdoulay Gv Camara

Sociologue-Journaliste

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top