Actualités

Le gouvernement guinéen lance officiellement le projet de réintégration avec à la clé 200 emplois créés

Conakry, le 14 Mars 2017 – Le ministre de la Jeunesse Moustapha Naité a procédé ce mardi 14 mars 2017, au lancement officiel du programme pilote national de réintégration socio-économique du Projet d’Appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité (PARSS-RSE).

La cérémonie de lancement du programme a connu la présence de Maxine Koivogui, Secrétaire Général du Ministère de l’Emploi et du Travail, de Els Mortier Cheffe section Gouvernance de l’Union Européenne, de Sékouba Mara, Coordinateur du projet et Souleymane Taran Diallo Président de la délégation spéciale de Ratoma.

L’objectif de ce programme qui est une contribution à la mise en œuvre d’un mécanisme de réintégration, vise à appuyer les efforts du Gouvernement en matière de Consolidation de l’Etat de droit, de gouvernance, de promotion des principes démocratiques et de protection des droits humains. Particulièrement, ce projet va contribuer à créer et à pérenniser un climat social, économique et politique pacifié en améliorant la provision de sécurité à la population. Ce projet vise aussi la mise en place d’un mécanisme durable de réintégration pour les populations vulnérables et les jeunes à risque.

Le PNRSE est une réponse du gouvernement à travers le Ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail (METFP-ET) qui œuvre pleinement en faveur de la promotion de l’entrepreneuriat local, la formation technique et professionnelle et l’autonomisation économique et sociale en soutenant les Activités Génératrices de Revenus par la mise en place de microcrédit et autres instruments adaptés.

Dans sa phase pilote, le programme intervient dans la commune urbaine de Kissidougou et dans les communes de Ratoma et Matoto à Conakry. La première phase du projet lancé en novembre 2016 a permis de créer des emplois temporaires pour 2.000 personnes issues des populations vulnérables et des jeunes à risque, dont 1.000 emplois à Conakry et 1.000 autres dans la commune urbaine de Kissidougou.

Le Coordonnateur du programme pilote national de réintégration socio-économique du Projet d’Appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité (PARSS-RSE), estime que le taux d’exécution du programme sur le DP1 est d’environ 91%à ce jour.

Pour Sékouba Mara au cours des derniers mois, d’importants efforts ont été déployés pour assurer le démarrage effectif des 20 projets de création d’emplois temporaires pour les 2,000 participants issus des populations vulnérables et des jeunes à risques. Selon lui, ces projets d’emplois d’une durée opérationnelle de 4 mois, emploient l’équivalent de 208,000 hommes par jours dont 1.153 des femmes, soit plus de 58% des travailleurs et injectent environ 9,4 milliards GNF en salaire et épargne. Ce qui a certainement eu un impact sur les économies locales.

Appréciant la qualité du programme de réintégration socio-économique, la Cheffe Gouvernance de l’Union Européenne en Guinée a mis un accent particulier sur cette initiative, qui constitue pour elle, un élément crucial pour la consolidation de la paix et la lutte contre la pauvreté. Pour Els Mortier, la mise en place d’un tel mécanisme de réintégration socio-économique devrait permettre de ne pas créer des  » laissées pour compte » qui demain seront des éléments de déstabilisation de la Guinée.

Ce programme a permis la création d’emplois temporaires et le renforcement de l’employabilité des jeunes à risque d’exclusion sociale et des vulnérables dans le cadre des travaux à haute intensité de mains d’œuvres. C’est pourquoi Mohamed Koma porte-parole des bénéficiaires dira que ce programme est un moyen de fournir des qualifications et des compétences aux jeunes dans des disciplines diverses allant des métiers au savoir-faire en matière d’assainissement, d’entrepreunariat, de construction de latrines, de réhabilitation des pistes rurales et ainsi contribuer à l’amélioration de leur employabilité et de leur insertion dans le monde du travail. Poursuivant, Mohamed Koma a réitéré au nom de l’ensemble des bénéficiaires qui sont aujourd’hui pleinement intégrés dans la société, jouer un rôle à travers les acquis de ce programme pour apporter leur contribution de qualité au développement socio-économique de la Guinée.

Au nom du Gouvernement le ministre de la Jeunesse a affirmé que la mise en œuvre du PNRSE qui se réalise à travers la création d’emplois temporaires et des opportunités économiques durables pour les populations à risque d’exclusion sociale, la promotion de la cohésion sociale, et la mise en place d’un mécanisme favorisant l’épargne permettra à chaque participant de se constituer dans la phase 2 du programme, un capital dans le but d’investir dans une activité génératrice de revenus plus durable. Selon Moustapha Naité, par ces appuis au développement des activités économiques individuelles ou collectives, les 2,000 participants deviendront des acteurs clés pour le développement économique et social de leurs communautés respectives.

Pour finir le ministre de la Jeunesse dira que grâce à la contribution financière de plus 4.5 millions d’euros, soit environ 43 milliards de francs guinéens de l’Union européenne sur l’enveloppe du 10ème FED, le ministère de l’Emploi et du Travail à travers l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi (AGUIPE), a au cours des derniers mois redoublé d’efforts pour assurer le démarrage effectif des 20 projets de création d’emplois temporaires pour les 2,000 participants.

La Cellule de Communication du Gouvernement

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top