A LA UNE

Des peines “symboliques” contre des mineurs : le CROSC se réjouit et déplore les conditions de travail du tribunal pour enfants

Après la série de décisions du président du Tribunal pour Enfants relatives au dossier des 14 mineurs arrêtés au mois de février dernier à l’occasion des manifestations entraînées par la grève des enseignants, le président du Conseil Régional des Organisations de la Société Civile de Conakry (CROCS), Abdoul Sacko, n’a pas manqué de traduire la satisfaction des parents avant de s’insurger contre les conditions de travail des magistrats de cette juridiction spéciale.

«D’abord nous remercions le président du tribunal parce que nous avons échangé avec les parents des mineurs, qui étaient très satisfaits de façon globale de la manière dont le procès s’est passé», a-t-il dit. Mais ce qui est très déplorable, ajoute Abdoul Sacko,  nous avons rencontré des  magistrats, des juges qui travaillent dans des conditions extrêmement difficiles.

Il n’a pas manqué de lancer un appel à l’endroit des parents afin qu’ils s’occupent davantage de l’éducation de leurs enfants. «Nous envoyons un message aux parents de prendre vraiment toute leur responsabilité afin d’enseigner à leurs enfants l’amour et l’éducation pour qu’ils soient une solution aux problèmes de la nation », a ajouté le président du CROCS.

A rappeler que ces 14 enfants, poursuivis pour attroupement, outrage et casse de biens publics, ont été remis à leurs parents. Certains ont été purement relaxés pour délits non constitués, d’autres ont été condamnés à des peines de prison avec sursis.  

Alhassane Djigué

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top