Actualités

Tueries à Conakry : le parquet général épinglé par des associations qui menacent de porter plainte contre l’Etat

Le Consortium des Associations des Jeunes pour la Défense des Victimes des Violences (COJEDEV) et le Centre Guinéen de Promotion et des Droits de l’Homme (CPDH),  ont  publié ce jeudi un rapport sur les affrontements survenus à Conakry les 20 et 21 février 2017.

Ils disent regretter la déclaration du parquet général qui a nié l’utilisation des armes à feu par les forces de l’ordre, et disent attendre avec impatience la publication du rapport du parquet attestant ces allégations.

Selon ces acteurs de la société civile, ils ont tenté à plusieurs reprises mais sans succès, de rencontrer le l’avocat général près la Cour d’appel de Conakry, Yaya Kairaba Kaba pour des fins de confrontation des versions. D’après des rapports d’autopsie qu’ils ont brandis, certaines victimes ont été tuées  par  des balles réelles.

Nous ONG de défense des droits de l’Homme, pouvait-on entendre dans leur déclaration,  -Appelons l’Etat à veiller au respect du principe de séparation des pouvoirs et des attributions constitutionnelles ; (…)

-Invitons l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH) à jouer son rôle de protection et d’accompagnement en cas de saisine par les victimes, de porter leurs plaintes devant les juridictions compétentes ;

– Regrettons les déclarations du parquet niant l’utilisation des armes à feu par les forces de l’ordre pendant les manifestation ;

– Attendons avec impatience la publication du rapport attestant ces allégations, à défaut, considérons de tels propos comme un déni de justice et un mépris à l’endroit des victimes ;

– Demandons à l’Etat d’apporter toute la lumière sur cette affaire en ouvrant des enquêtes pour arrêter et sanctionner les responsables de ces tueries, à défaut de quoi nous, ONG de défense des droits de l’Homme, en vertu de la loi, déciderons de l’opportunité de porter plainte contre l’Etat au niveau des juridictions nationales et internationales.

Pour rappel, ces événements malheureux survenus dans la foulée de la grève des enseignants, ont fait au moins six morts et une dizaine de blessés.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top